Jeux équestres mondiaux: «Ça prend un remède de cheval», dit Pierre Paradis

Le député de Brome-Missisquoi, Pierre Paradis, est d'avis... (Janick Marois, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le député de Brome-Missisquoi, Pierre Paradis, est d'avis qu'un «électrochoc» était nécessaire pour remettre le projet des Jeux équestres sur les rails.

Janick Marois, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Malgré les récentes démissions des têtes dirigeantes du Comité organisateur des Jeux équestres mondiaux (COJEM), le ministre de l'Agriculture et député de Brome-Missisquoi, Pierre Paradis, est d'avis que l'événement à grand déploiement aura lieu comme prévu en 2018 à Bromont. Selon le vétéran politicien, «un électrochoc» était nécessaire pour «amener le projet à un autre niveau».

«L'organisation des Jeux équestres stagnait depuis trop longtemps. Ça prenait un wake-up call pour ramener le projet dans le droit chemin. Cet électrochoc a eu lieu vendredi. Il est minuit et cinq dans le dossier. Maintenant, il faut aller de l'avant», a indiqué M. Paradis en entrevue, lundi.

Rappelons que le président-directeur général du comité organisateur de l'événement, Luc Fournier, a démissionné mercredi. Celui-ci doit toutefois donner un préavis de trois mois avant de quitter ses fonctions.

L'onde de choc s'est amplifiée, car le président du conseil d'administration de l'organisation, François Duffar, a aussi claqué la porte. Trois autres membres du c.a ont également quitté le navire. Il s'agit de Julie Payette, Linda Heathcott et René Perreault. «On s'en va dans le mur avec les Jeux équestres mondiaux. Cette semaine, je suis arrivé au constat que je ne serai pas capable de livrer un produit de qualité. Dans les conditions actuelles, je n'y crois plus. Alors, je n'avais pas d'autre option que de démissionner. Je l'ai fait il y a deux jours. Ce sera un nouveau changement de garde au sein de l'organisation. Ça va prendre quelqu'un de mieux outillé que moi pour le faire», avait confié à La Voix de l'Est le chevronné PDG du COJEM, vendredi.

Questionné à propos du fait que le remplaçant de M. Fournier aura de «grands souliers à chausser» pour mener à bien le projet, M. Paradis a imagé ses propos. «C'est simple. Ça prend un remède de cheval à tous les niveaux.»

Fédéral

Les dirigeants du COJEM s'étaient entretenus avec la ministre du Sport et des Personnes handicapées, Carla Qualtrough, en mars à Ottawa. L'organisation souhaitait avoir la confirmation que le fédéral contribue «au minimum» à la hauteur de Québec aux Jeux, soit 8 750 000$. Une réponse à ce sujet était envisagée au début avril. Or, le statu quo perdure. Le fait qu'Ottawa ne s'est pas encore avancé pour soutenir financièrement les Jeux est lourd de conséquences, a concédé Pierre Paradis. «C'est très important que le fédéral s'implique. Ce sont des Jeux mondiaux. Tout ce que je peux dire, c'est que la porte n'est pas fermée», a fait valoir le frère du député fédéral de Brome-Missisquoi, Denis Paradis.

Transparence

Un différend majeur entre la Société d'agriculture du comté de Shefford (SACS), qui chapeaute le volet des infrastructures des jeux équestres, et le COJEM, mine également la progression du projet de longue haleine, avait soutenu le PDG démissionnaire en entrevue. Celui-ci a précisé qu'une gestion commune est au coeur du bras de fer qui traîne en longueur. «Depuis le début, ça tourne carré entre les deux organisations. Il faut parler d'une seule voix, avoir la même vision. On est obligés de se marier [jusqu'à l'événement], mais la SACS ne veut pas. On ne peut pas travailler en parallèle.»

M. Paradis est d'avis que la SACS n'aura d'autre choix que d'accepter que le COJEM prenne les rênes d'ici à la tenue des Jeux. «Il n'y a pas d'autre façon de s'en sortir. La SACS et le COJEM sont condamnés à travailler ensemble, en synergie. Sinon, le projet n'ira nulle part.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer