Le Dr Bergeron réplique au maire Bonin

Selon le Dr Jacques Bergeron, les propos tenus... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Selon le Dr Jacques Bergeron, les propos tenus par le maire de Granby concernant le projet de superclinique «dénote une mauvaise connaissance» de ce qui se passe dans la municipalité au plan des soins de santé.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Le président de l'Association des médecins omnipraticiens d'Yamaska (AMOY), Dr Jacques Bergeron, n'a pas tardé à réagir aux propos tranchés du maire de Granby, Pascal Bonin, rapportés dans La Voix de l'Est vendredi. Le politicien a notamment remis en cause l'intérêt des omnipraticiens concernant l'implantation dans la municipalité d'une des 50 supercliniques annoncées cette semaine par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

«Je suis très déçu de voir comment le dossier est traité. On ne sent pas, à travers les articles, qu'ils (les médecins) ont le goût de passer rapidement à l'action. On ne sent pas le sentiment d'urgence. J'ai l'impression qu'on nous laisse tomber. Carrément», avait déploré en entrevue Pascal Bonin.

Le président de l'AMOY est d'avis que le maire de Granby n'adopte pas la bonne attitude pour faire avancer le dossier. «Je ne dis pas qu'il n'y a pas de problème, que la vie est belle et qu'il ne faut pas avoir de superclinique. Tenter de mettre les médecins au pas, ce n'est pas une solution. Ça mériterait des propos plus rassembleurs. C'est ce qu'a fait le député de Granby, François Bonnardel, en proposant de nous aider dans le dossier.»

M. Bonin a également rejeté du revers de la main le fait «qu'on prendrait des risques financiers à bâtir une superclinique», contrairement à ce qu'avait avancé la veille le Dr Bergeron. Celui-ci a tenu à remettre les pendules à l'heure à ce sujet. «Pour maintenir une accréditation [de superclinique], on parle d'un minimum de 20 000 consultations par année, dont 80% pour les patients non-inscrits. C'est bien beau vouloir un cinquième GMF (groupe de médecine de famille) à Granby, mais est-ce qu'on a le bassin nécessaire? Il faut aussi évaluer si on a les locaux nécessaires. Et a-t-on besoin d'un site satellite? Ce sont tous des points d'interrogation en ce moment. Avoir un tel établissement, ce sera une décision qui devra se prendre collectivement. Tu ne peux pas partir ça sur un 10 cents. L'annonce du ministre de la Santé vient d'être faite. Laissez-nous le temps de nous retourner pour voir si ça pourrait fonctionner.»

Méconnaissance

«On a un problème. On a presque 8000 patients sans médecin de famille sur notre territoire. (...) On a une population vieillissante avec plus de personnes de 65 ans et plus que de 15 ans et moins. On a aussi un hôpital réputé pour son attente excessivement longue. Avec une superclinique, on pourrait recevoir des patients avec des codes quatre et cinq, ce qui désengorgerait l'urgence et permettrait à des gens de recevoir des soins», avait soutenu Pascal Bonin. Le Dr Bergeron estime, entre autres, que ces propos du maire «dénotent une mauvaise connaissance de ce qui se passe à Granby» sur le plan des soins de santé. «Premièrement, il n'y a pas 8000 patients au guichet [d'accès]. On est en bas de 6000, a rétorqué l'omnipraticien. On fait très bien au niveau du taux d'assiduité en première ligne. Collectivement, on satisfait à 86% des besoins de notre clientèle inscrite. On atteint la cible.»

Rencontre

En ce qui concerne l'engagement de pourparlers pour un éventuel projet de superclinique, le Dr Bergeron souligne que la balle est maintenant dans le camp des membres du département régional de médecine générale (DRMG), dont les dirigeants «devraient se réunir sous peu». Le président de l'AMOY ne connaît toutefois pas l'échéancier de cette rencontre. Le journal a tenté d'en savoir davantage à ce sujet auprès de la Dre Raymonde Vaillancourt, chef du DRMG au Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) de l'Estrie. Il n'a pas été possible d'obtenir les commentaires de la dirigeante du DRMG au CIUSSS, vendredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer