Un nouveau restaurant ouvre à Saint-Joachim

Le restaurant Les Délices du village sera le... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le restaurant Les Délices du village sera le troisième à occuper les locaux de la Coopérative Au Coeur du village à Saint-Joachim-de-Shefford.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Jérôme Roy
La Voix de l'Est

(Saint-Joachim-de-Shefford) Là où d'autres ont échoué tout récemment, Michael Roy se montre confiant. L'homme d'affaires à la tête du groupe de nouveaux propriétaires a ouvert vendredi Les délices du village, un tout nouveau restaurant installé dans les locaux de la coopérative Au Coeur du village de Saint-Joachim-de-Shefford.

«À Saint-Joachim, ça prenait vraiment des personnes qui sont nées là, qui viennent de là, qui écoutent ce que les gens ont besoin», a-t-il affirmé en entrevue avec La Voix de L'Est.

Selon l'homme d'affaires, l'engouement est palpable. Plusieurs passants auraient aimé y casser la croûte avant même l'ouverture. Et le restaurant d'une capacité de 55 personnes à l'intérieur et de 40 sur la terrasse compte déjà plusieurs réservations pour ses premiers week-ends d'activité.

Pourtant, jusqu'à maintenant, l'emplacement n'a pas connu un grand succès. Ouvert en 2013 par la coopérative, La tablée de Joachim avait fermé ses portes abruptement en janvier 2015 en raison des difficultés financières de l'organisme. En septembre dernier, l'ancien restaurateur granbyen Serge Lavoie a ouvert le Resto Bouffon en partenariat avec la coopérative. L'aventure n'aura duré que quelques mois, un terme ayant été mis à l'entente en janvier dernier.

C'est pour ces raisons que le président de la coopérative Au coeur du village, Gilbert Valiquette, y est allé d'une analogie sportive afin d'illustrer la situation.

«C'est comme jouer au baseball. T'arrives, t'as deux retraits en neuvième manche. Tu ne peux pas penser avoir un autre retrait. Les gens qui sont là sont vraiment à la hauteur de nos attentes, même au-delà de nos espérances.»

Très satisfait de la collaboration avec l'équipe composée de Michael Roy, son père Daniel, Mathieu Hébert et Christian Marois, le président de la coopérative est certain que cette fois-ci sera la bonne. Quant à lui, Michael Roy a une petite idée pour expliquer les échecs précédents.

«Il fallait juste répondre aux besoins de la communauté et c'est ce que les deux autres n'ont pas fait. Ce qu'ils se faisaient reprocher beaucoup, c'est de ne pas avoir ciblé la clientèle locale», avance M. Roy.

Services et rentabilité

Pour éviter la dérive, les nouveaux dirigeants - qui loueront les locaux de la coopérative - se sont tournés vers la population avant d'élaborer leur offre de services.

«On s'est informés avant de faire ça, on a fait notre propre petite enquête», explique Michael Roy.

Le restaurant Les délices du village offrira notamment une cantine le matin et le midi, des tables d'hôte le vendredi et le samedi soir, de même qu'une formule brunch le dimanche. M. Roy insiste également sur la qualité des produits qui seront offerts.

«Tout est fait maison ici. Ce qui va se retrouver dans les assiettes, c'est comme si le monde mangeait à la maison», clame-t-il, en ajoutant que le mot d'ordre sur le plancher sera harmonie et familiarité.

Pour rentabiliser la présence de personnel tous les jours de la semaine, l'équipe a également mis sur pied un service de traiteur et de plats cuisinés qui seront notamment vendus au dépanneur de la coopérative. Gilbert Valiquette se dit ravi de pouvoir offrir des produits frais aux clients sur les tablettes du commerce, en plus d'avoir un restaurant ouvert sept jours sur sept dans les murs de l'édifice.

«On va pouvoir assurer une meilleure qualité de bouffe sur plusieurs produits! [...] Il faut que le rapport qualité-prix soit là et puis il faut que les heures d'ouverture soient là. Donc c'est à peu près tout ce qui était impossible qui vient d'être comblé.»

Fait à noter, Les délices du village offrira également des produits comme des tartes et des pâtés comme outils de financement d'organismes, question d'offrir une alternative aux traditionnelles tablettes de chocolat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer