Cowansville: la conseillère Beauregard penche pour un référendum

La conseillère Sylvie Beauregard... (Julie Catudal, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La conseillère Sylvie Beauregard

Julie Catudal, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) La conseillère et mairesse suppléante Sylvie Beauregard est favorable à l'organisation d'un référendum sur la construction d'un édifice de 150 logements de quatre étages rue Principale, à Cowansville. Elle refuse cependant de se commettre, son analyse n'étant pas complétée.

«Il y a tellement de choses à prendre en considération, tellement d'enjeux économiques, sociaux et politiques. On doit réfléchir à tous ces aspects et se demander ce qui va le plus profiter aux citoyens», explique-t-elle.

Les membres du conseil se rencontreront dans les prochains jours pour discuter une dernière fois de l'affaire. «Beaucoup de choses peuvent se passer d'ici à ce qu'on prenne une décision», a dit Mme Beauregard lorsque nous l'avons jointe mercredi. Elle entend poser des questions au directeur de l'urbanisme de la Ville pour connaître les solutions de rechange au projet dans l'éventualité où il ne pourra se concrétiser. «Ça va faire partie des éléments de mon analyse», dit-elle.

La conseillère du quartier Fordyce a rappelé que tous les élus se sont dits d'accord avec le projet immobilier l'automne dernier. Il serait logique qu'ils aillent au bout de leur geste en appuyant la tenue d'un référendum, croit-elle. Il ne faut pas seulement tenir compte des opposants au projet, dit-elle. «Oui, 677 personnes ont signé le registre. Mais j'ai rencontré plusieurs citoyens depuis et ils veulent que nous allions en référendum. Ils veulent pouvoir s'exprimer sur ce projet.»

Mme Beauregard n'a pas manqué de souligner que le projet représenterait un investissement de 24 millions de dollars, répondrait à un besoin en logements pour les personnes âgées à Cowansville et créerait une quarantaine d'emplois.

En entrevue mardi, les conseillères Marie-France Beaudry et Corinne Labbé ont dit être opposées à la tenue d'un référendum. À l'opposé, leur collègue Yvon Pepin est en faveur. La conseillère Lucille Robert est toujours en réflexion. Le maire Arthur Fauteux a dit qu'il se prononcerait le 3 mai, lors de l'assemblée ordinaire du conseil. Le conseiller Michel Charbonneau ne nous a pas rappelé.

Étonnement

Comme Mmes Beaudry, Labbé et Robert, Mme Beauregard a été étonnée ce week-end d'apprendre que les propriétaires de la maison Robinson avaient obtenu vendredi un permis de démolition. «On savait qu'ils voulaient démolir la maison. Ils veulent mener leur projet jusqu'au bout. Mais on ne s'attendait pas à ce qu'ils fassent ça maintenant, si vite.»

Le moment choisi par les promoteurs pourrait nuire à la Ville lors d'un référendum, croit la conseillère. «C'est sûr qu'il y a des gens choqués par ça. Ça a un impact. C'est un fait accompli. On vit avec.»

La Ville de Cowansville ne possède pas de réglementation en matière de démolition d'immeubles, une réalité qui semble mal connue. La conseillère Beauregard n'en était pas certaine, alors que ses collègues l'ignoraient ou venaient de l'apprendre récemment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer