Mégaprojet commercial à Granby: audience devant la CPTAQ le 11 mai

L'endroit, situé au nord du boulevard David-Bouchard, en... (Illustration archives La Voix de l'Est)

Agrandir

L'endroit, situé au nord du boulevard David-Bouchard, en face du cinéma Élysée, pourrait accueillir plusieurs magasins à grande surface et un hôtel axé sur le tourisme d'affaires. La MRC de la Haute-Yamaska rencontrera la CPTAQ le 11 mai à ce sujet.

Illustration archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Remise à deux reprises depuis l'an dernier, l'audience de la MRC de la Haute-Yamaska devant la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) pour le mégaprojet commercial La Place du marché, au nord-ouest de la ville de Granby, se déroulera finalement le 11 mai aux bureaux de l'organisme, à Longueuil.

Le dossier, qui chemine depuis 2011, est toujours actif, a confirmé mercredi le maire de Granby, aussi préfet de la MRC de la Haute-Yamaska, Pascal Bonin. Ce dernier a d'ailleurs l'intention d'assister à l'audience pour «aller défendre le projet».

L'architecte granbyen Denis Favreau est le promoteur de ce projet qui, selon lui, pourrait entraîner des investissements de 100 millions $ et permettrait la création de centaines d'emplois. Selon M. Favreau, le terrain visé, situé au nord du boulevard David-Bouchard, en face du cinéma Élysée, pourrait accueillir plusieurs magasins à grande surface et un hôtel axé sur le tourisme d'affaires.

Pour permettre la réalisation de La Place du Marché, la MRC de la Haute-Yamaska souhaite exclure de la zone agricole une partie du territoire de la ville de Granby d'une superficie de 23,11 hectares.

La MRC a demandé une audience à la CPTAQ, car celle-ci n'est pas convaincue du bien-fondé de sa demande. En septembre 2014, la commission avait déposé une orientation préliminaire défavorable au projet.

Délais

Le dossier a néanmoins obtenu l'appui de la Ville de Granby, de la MRC de la Haute-Yamaska, de la commission consultative agricole de la MRC, de même que de la commission conjointe des MRC de la Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi. L'Union des producteurs agricoles a, pour sa part, manifesté son opposition au projet d'exclusion de la zone agricole.

D'abord prévue en janvier 2015, l'audience a été reportée une première fois pour permettre à la MRC de peaufiner son argumentaire. Un deuxième délai a par la suite été demandé en octobre 2015 pour donner la chance à la MRC de vérifier certaines informations concernant un des sites alternatifs proposés par la CPTAQ. «Ç'a fait en sorte que le site n'est pas valable et ça renforce notre position», avait commenté à l'époque Denis Favreau.

Ces informations avaient été transmises à l'UPA et ont entraîné un délai supplémentaire pour l'examen de l'ensemble du dossier.

Importance économique

Pascal Bonin affirme que la MRC entend démontrer «l'importance économique» de ce projet pour «Granby, la MRC et les agriculteurs». «Je vais faire valoir les points que j'ai étudiés ardemment depuis les derniers mois», dit-il.

Invité à préciser comment cela pourrait être favorable aux agriculteurs, le maire et préfet a affirmé, sans toutefois préciser sa pensée, que certains détails du projet pourraient «faire rayonner l'agriculture». «Un développement commercial n'est pas nécessairement mauvais pour l'agriculture. On va démontrer que ça peut être les deux», dit Pascal Bonin.

À ses yeux, des modifications pourraient cependant être apportées au projet. «C'est une évidence, à regarder ce projet, que pour diverses considérations de type environnemental et autres, il va y avoir des modifications à faire du côté physique, ne serait-ce qu'à cause de la topographie. Mais c'est comme pour n'importe quel projet. On met quelque chose en place et on le modifie au fur et à mesure qu'on avance», estime le préfet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer