Faits divers en rafale

La collision a eu lieu vers 16h10, alors... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

La collision a eu lieu vers 16h10, alors que les deux véhicules impliqués circulaient en direction du centre-ville de Granby.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

La circulation sur la rue Principale, près de la route 139, à Granby, a été perturbée pendant une cinquantaine de minutes à la suite d'une collision, elle-même suivie d'un tête à queue.

Collision sur la rue Principale à Granby

Le tout a eu lieu vers 16h10, alors que les deux véhicules impliqués circulaient en direction du centre-ville de Granby. La conductrice quadragénaire d'un VUS a ralenti, mais le véhicule de service de Bell qui la suivait, conduit par un homme dans la vingtaine l'a heurtée, explique Marc Farand, porte-parole de la police de Granby. 

L'inattention du conducteur pourrait être en cause. Les deux automobilistes ont été transportés à l'hôpital de Granby pour des blessures mineures. « Les pompiers ont dû intervenir pour une fuite d'essence pour récupérer le liquide», ajoute M. Farand.

Entre temps, les automobilistes ont dû circuler sur une seule voie le temps de l'intervention. Cynthia Laflamme

30 mois de prison pour un chauffard

Le tribunal a sévi contre l'auteur d'un délit de fuite commis à Saint-Césaire en août 2015.

Benoît Trottier, un résidant de Granby de 47 ans, a été condamné à 30 mois de pénitencier pour avoir frappé une femme et son bébé alors qu'il circulait dans un stationnement au coin de la rue Notre-Dame et de l'avenue de l'Union.

Il a plaidé coupable à quatre chefs d'accusation incluant ceux de conduite dangereuse et de délit de fuite causant des lésions.

Le bébé d'un an avait eu le fémur fracturé et sa mère, le visage tuméfié.M. Trottier s'était livré aux policiers 30 minutes après son délit. La Voix de l'Est

Une femme condamnée à perpétuité pour le meurtre de son mari

Johanne Johnson a été condamnée à la prison à perpétuité pour le meurtre non prémédité de son mari James Dubé, survenu en avril 1998 à Grande-Rivière, en Gaspésie.

La juge Michèle Lacroix a rendu cette sentence mercredi matin au palais de justice de Percé.

Johanne Johnson devra purger au moins onze ans de pénitencier avant de pouvoir demander une libération conditionnelle.

Cette dernière devra aussi respecter une interdiction à perpétuité de possession d'arme à feu et une obligation de fournir des échantillons sanguins pour des raisons d'analyse génétique.

Son avocat, Rodrigue Beauchesne, a déjà signifié qu'il en appellera du verdict ainsi que de la sentence et qu'il demandera que sa cliente soit remise en liberté.

Le jury de cinq hommes et sept femmes avait rendu un verdict de culpabilité samedi dernier après trois jours de délibération. La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer