Bonin ne veut pas interdire les feux extérieurs

Le Granbyen Robert Choquette a de nouveau tenté... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le Granbyen Robert Choquette a de nouveau tenté de sensibiliser les élus aux effets nocifs des feux extérieurs sur la santé et l'environnement.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Le Granbyen Robert Choquette tente de sensibiliser les élus aux effets néfastes des feux extérieurs sur la santé et l'environnement depuis trois ans. Son souhait: qu'ils soient interdits ou réglementés. Mais le maire, Pascal Bonin, n'est toujours pas prêt à franchir ce pas, a-t-il réitéré lundi soir, lors de la séance du conseil.

«Je n'ai pas changé d'optique dans la mesure où, démocratiquement, jusqu'à maintenant, les citoyens, dans une vaste majorité, 78 %, veulent conserver les petits feux. (...) Je ne veux pas refaire le débat. C'est devenu annuel. Et je me suis amplement exprimé sur le sujet», a fait valoir le maire au citoyen.

Robert Choquette a effectué une présentation vidéo, ainsi que c'est dorénavant permis lors de la période de questions, pour démontrer, statistiques et données à l'appui, la nocivité des feux extérieurs. Il a aussi proposé une «solution de rechange» au conseil: que les poêles au propane soient privilégiés. «Ils ne dégagent pas de fines particules et ils ne dérangent pas les voisins», a-t-il relevé.

Pascal Bonin affirme cependant que la réglementation de la ville de Granby est similaire à celle des villes de taille comparable, dont Saint-Hyacinthe, Drummondville et Shawinigan. «Elles permettent les petits feux et elles ont un règlement sur les nuisances. On n'est pas différents des autres», souligne-t-il.

Pas de sondage

Robert Choquette affirme avoir contacté les policiers à maintes reprises pour se plaindre de la fumée dégagée par les feux de ses voisins, en vertu du règlement sur les nuisances. Mais il estime que la réglementation n'est pas appliquée. Récemment, il a dû attendre longtemps, déplore-t-il, avant d'avoir la visite des policiers. M. Choquette avait d'ailleurs inclus à sa présentation des images de ce feu où la «fumée était tellement forte qu'on ne voyait plus les maisons». Mais le public n'a pas pu les voir: le maire a fait retirer ces images. «Disons qu'à un moment donné, vous poussez fort la note», a réagi Pascal Bonin.

Le Granbyen a rappelé au maire qu'il a manifesté le désir l'an dernier de réaliser un sondage sur la question. Pascal Bonin dit cependant avoir changé d'idée. Selon lui, les résultats ne seraient pas différents de l'exercice réalisé il y a cinq ans et qui s'est conclu par une proportion de 78 % des répondants en faveur des feux extérieurs.

«Je sais que M. Choquette n'est pas le seul à penser comme ça. Il y a 22 % de la population qui pense comme lui. Mais il y en a aussi 78 % qui pensent le contraire», a déclaré le maire aux médias au terme de la séance du conseil.

Pas dans le plan vert

Si la possibilité de réglementer les feux extérieurs a déjà été envisagée dans de précédentes moutures du Plan vert de la Ville, cette volonté ne figure plus dans le plan d'action vert 2015-2018. «C'est une évidence que les gens ne veulent pas ça. Si on les interdisait (les feux extérieurs), je pense que la salle serait pleine. C'est un plaisir que les gens ont», soutient le maire Bonin.

Le conseiller Robert Vincent a pour sa part affirmé à Robert Choquette que la volonté de régir les feux extérieurs ne correspond pas «au son de cloche» que les élus ont dans leur district respectif. Selon lui, seule la situation des feux de camp du camping Granby préoccupait les citoyens et elle a été réglée avec l'imposition de poêles au propane pour l'aménagement de nouveaux sites.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer