Brome-Missisquoi: une plateforme de compostage retenue

Les déchets de table et les résidus verts... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les déchets de table et les résidus verts des résidants de Brome-Missisquoi seront transformés en compost sur une plateforme de la Régie intermunicipale.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) La valorisation des restes de table et résidus verts des résidants de la MRC Brome-Missisquoi se fera par l'entremise d'une plateforme de compostage.

La Régie intermunicipale d'élimination de déchets solides de Brome-Missisquoi a choisi cette voie en raison des faibles coûts associés à cette méthode comparativement à ceux de la biométhanisation. «C'est vraiment moins coûteux. En plus, le prix du gaz sur le marché est très bas. Il faudrait qu'il soit quatre, cinq fois plus élevé pour que la biométhanisation soit rentable», explique Corinne Labbé, vice-présidente de la RIEDSBM.

L'organisme, propriété des municipalités de Bedford, Cowansville, Dunham et Farnham, investira 4,8 millions de dollars au courant de l'année pour construire une plateforme de compostage sur les terrains de son site d'enfouissement du chemin Saint-Joseph à Cowansville.

Une subvention de 1,8 million de dollars, provenant du programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage du gouvernement du Québec, pourrait être obtenue, calcule-t-on à la Régie. Si tel est le cas, les résidants desservis par la collecte des bacs bruns devraient s'acquitter d'une taxe de 55$ par année.

Ériger une usine de valorisation de biométhanisation coûterait 19 millions de dollars, selon les estimations de Solinov, la firme retenue pour une analyse comparative.

Les administrateurs de la Régie ont également tenu compte d'un avantage non négligeable en optant pour une plateforme de compostage: depuis 1993, la RIEDSBM est autorisée à en opérer une. Elle devra demander au ministère de l'Environnement la permission de l'agrandir.

La future plateforme de compostage sera en partie recouverte. Elle valorisera chaque année environ 12 150 tonnes de matières organiques, dont près de 2000 tonnes de boues usées provenant de l'usine de traitement des eaux usées de Cowansville.

Un bassin pour recueillir les eaux provenant de la décomposition des matières sera aussi aménagé. L'eau sera traitée par l'usine de traitement des eaux usées du site d'enfouissement.

Reconsidérer la biométhanisation

Bien que la Régie ait fait son choix, le recours à la biométhanisation n'est pas abandonné pour autant, a indiqué Mme Labbé. Cette technologie pourrait éventuellement s'ajouter aux installations, a-t-elle dit. «On veut prendre de petites bouchées, le temps de démarrer, de donner un bon service. Mais ça n'exclut pas qu'on reconsidère un jour la biométhanisation.»

Du travail reste à faire pour préciser le fonctionnement du service de valorisation des matières organiques, a souligné Mme Labbé. Des discussions sur la fréquence des collectes sont nécessaires, entre autres choses, a-t-elle dit. «Mieux on planifiera le service, plus bas seront les coûts par porte.»

La Régie présentera officiellement à la fin du mois de mai son projet de plateforme de compostage aux 21 conseils municipaux de la MRC ainsi qu'à une dizaine d'administrations municipales avec qui elle fait déjà affaire. Ces municipalités se trouvent pour la plupart dans la région du lac Memphrémagog.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer