Fonds Brigitte-Perreault: huit projets retenus

Le dévoilement des huit projets financés cette année... (René Marquis, Spectre Média)

Agrandir

Le dévoilement des huit projets financés cette année par le Fonds Brigitte-Perreault a été fait en la présence de Sophie Warren, présidente du c.a. de la Fondation du CHUS, Vincent Vallières, parrain d'honneur du Fonds, Paule Lavoie-Perreault et Gilles Perreault, parents de Brigitte, et la Dre Miriam Santschi, pédiatre intensiviste qui a reçu 8000$ pour son projet de préparation à l'imagerie par résonnance magnétique par l'imaginaire pour les enfants de 3 à 7 ans.

René Marquis, Spectre Média

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Un tour en fusée pour les enfants malades et une fenêtre virtuelle pour les patients des soins intensifs. Voilà deux idées qui seront développées au CHUS grâce au Fonds Brigitte-Perreault.

Le Fonds Brigitte-Perreault de la Fondation du CHUS verse, cette année, 88 175 $ pour soutenir huit projets visant à améliorer la sécurité, la qualité et l'humanisation des soins et services. Les projets proposés par des employés et des médecins de l'établissement ont été retenus pour leur pertinence, leur réalisme et l'importance du nombre potentiel d'usagers qui profiteront de leurs bienfaits.

Le dévoilement des projets financés s'est fait mercredi en présence du parrain d'honneur du Fonds, Vincent Vallières, et des parents de la Dre Brigitte Perreault, une gastroentérologue du CHUS originaire de Granby décédée à la suite d'un combat contre le cancer.

La pédiatre intensiviste Miriam Santschi a reçu 8000 $ pour son projet de préparation à l'imagerie par résonnance magnétique (IRM) par l'imaginaire pour les enfants de 3 à 7 ans.

«On veut utiliser l'imaginaire des enfants pour leur faire passer des imageries par résonnance magnétique, des examens où ils doivent rester immobiles entre 30 et 45 minutes, sans avoir à les endormir. On réduit donc les médicaments et les risques liés à l'examen», explique la Dre Santschi ajoutant que l'enfant devra s'imaginer entrer dans une fusée et demeurer immobile comme un astronaute malgré le bruit lié au décollage.

Environ une centaine d'enfants âgés de 3 à 7 ans doivent avoir recours à l'IRM annuellement au CHUS. «On n'évitera peut-être pas la sédation pour l'ensemble des enfants, mais chaque enfant qu'on n'aura pas à endormir sera une victoire», résume la pédiatre.

De son côté, le Dr Michael Mayette a reçu 6000 $ pour la création de fenêtres virtuelles aux soins intensifs chirurgicaux. Un projet qui a pour objectif de recréer un cycle éveil et sommeil chez les patients. «Huit des quatorze chambres des soins intensifs chirurgicaux n'ont pas de fenêtre. On peindra des images de fenêtres virtuelles à l'intérieur de chacune des chambres où il n'y a pas de réelles fenêtres. De cette façon, on favorisera l'orientation temporelle des patients et diminuera ainsi l'incidence d'une pathologie fréquente aux soins intensifs, soit le délirium», relate l'intensiviste.

Le Fonds Brigitte-Perreault de la Fondation du CHUS a été créé en 2005 à la mémoire de la Dre Perreault. Depuis 2006, 80 projets ont reçu une approbation de financement à hauteur de 648 155 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer