Un guichet unique créé pour les patients orphelins

Selon le ministre de la Santé du Québec,... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Selon le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, les médecins devront «se rendre disponibles», à moins d'être sanctionnés financièrement.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

La gestion de l'accès à un médecin de famille sera désormais totalement centralisée à Québec, à la faveur d'un guichet unique.

Il reste à savoir si l'inscription à ce guichet garantira au patient d'obtenir plus rapidement un rendez-vous avec un médecin.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, est persuadé que la réponse est oui. Il s'était engagé à trouver un médecin de famille au 1,2 million de Québécois qui en sont dépourvus.

Mardi, il a annoncé la création d'un guichet unique, géré par la Régie de l'assurance-maladie, qui devrait permettre, en principe, de mettre en lien les médecins de famille et les patients dits orphelins, en tenant compte de leur lieu de résidence.

Questionné à savoir dans quelle mesure le fait d'être inscrit sur la liste des patients d'un médecin de famille leur garantira un accès à des soins dans un délai raisonnable, le ministre a répliqué que les médecins devront «se rendre disponibles».

Les médecins devront changer leurs pratiques pour atteindre le «taux d'assiduité» prévu dans la loi 20 et les contrevenants s'exposeront à des sanctions sévères, a-t-il dit en conférence de presse. Le gouvernement avait convenu avec les fédérations de médecins que la loi 20, qu'elles rejetaient en bloc, s'appliquerait uniquement si les médecins ne s'autodisciplinaient pas.

Les médecins de famille ont donc «une épée de Damoclès» sur la tête, rappelle le ministre. Les sanctions prévues à la loi peuvent aller jusqu'à une baisse de rémunération de l'ordre de 30 %.

«Un médecin qui vous inscrit (sur sa liste de patients), il prend le risque de se faire couper. Il doit vous prendre en charge pour de vrai», s'il ne veut pas que ses revenus soient affectés, prévient le ministre.

Mais ce dernier n'a pas réussi à convaincre la porte-parole péquiste en santé, la députée Diane Lamarre. Elle note que «les urgences (d'hôpitaux) sont remplies de personnes qui sont déjà inscrites à un médecin de famille».

«C'est de la poudre aux yeux» ce guichet unique, déplore-t-elle.

Les plus vulnérables laissés pour compte

Ce moyen, contrairement à ce que prétend le ministre, n'offre aucune garantie d'accès, particulièrement «le soir et les fins de semaine», fait-elle valoir en entrevue téléphonique. Par facilité, elle craint que les médecins choisissent des patients jeunes et en bonne santé, fréquentant peu les cabinets de médecin.

Les grands malades, les malades chroniques et les plus vulnérables risquent d'être laissés pour compte, selon elle.

Le ministre a prévenu les médecins de ne pas choisir cette voie et s'engage à «intervenir» si «le comportement de sélection est inapproprié». Il n'a pas précisé quel serait son seuil de tolérance. De plus, Mme Lamarre reproche au ministre Barrette d'avoir privilégié une fois de plus une approche centralisatrice dans sa gestion du réseau de la santé.

C'est aussi ce que croit le député de Québec solidaire, Amir Khadir, qui estime que «l'ennui, c'est que le ministre pense qu'en centralisant la gestion, il va régler un problème. Le problème, ce n'est pas la gestion des listes, le problème, c'est l'accessibilité, le problème, c'est le type d'accessibilité». Sa solution: une première ligne axée sur une équipe multidisciplinaire.

Les patients devront s'inscrire eux-mêmes au nouveau guichet unique. L'adresse Web est la suivante: gamf.gouv.qc.ca. Sinon, on peut téléphoner à Services Québec.

Le nouveau guichet unique viendra en quelque sorte prendre le relais des guichets d'accès pour les clientèles orphelines (GACO) qui avaient été créés en régions.

Le ministre Barrette a réaffirmé son objectif de faire en sorte que 85 % de la population québécoise ait un médecin de famille d'ici la fin de 2017. Il estime que le 15 % restant (surtout des adolescents et des jeunes adultes) n'est pas à la recherche d'un médecin de famille.

Le coût d'implantation du guichet unique est évalué à 2 millions $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer