Pas un sou pour rénover les écoles de la région

Les écoles de la CSVDC répondent toutes aux... (Janick Marois, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les écoles de la CSVDC répondent toutes aux normes du ministère de l'Éducation. Aucune n'obtiendra de subvention du programme spécial de rénovation des écoles.

Janick Marois, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Granby) La commission scolaire Val-des-Cerfs ne touchera pas un sou des 367 millions de dollars qu'investira le ministère de l'Éducation dans la rénovation d'écoles au Québec cette année. Aucun des 43 établissements de la CSVDC n'est admissible puisqu'ils répondent tous aux normes de sécurité.

«On investit beaucoup d'argent chaque année dans l'entretien de nos écoles. On est très disciplinés là-dessus», soutient Paul Sarrazin, président de la CSVDC.

Cette année, la CSVDC a prévu un budget de 11 millions de dollars pour entretenir ses écoles, polyvalentes et centres de formation, a dit M. Sarrazin. «On est bien outillés pour planifier nos interventions», a-t-il dit. Les investissements dans l'entretien oscillent depuis quelques années entre 10 et 12 millions de dollars.

La CSVDC classe ses établissements selon des avis d'évaluation de l'état de leur désuétude. Il est d'ores et déjà décidé que l'école Saint-Romuald à Farnham subira des travaux de rénovation cet été pour modifier ses sorties d'urgence, a indiqué M. Sarrazin. Des travaux sont prévus dans plusieurs autres écoles.

En matinée lundi, le ministre Sébastien Proulx a annoncé que les cinq commissions scolaires dans l'île de Montréal se partageront 127 millions de dollars (34,6 % du budget de 367 millions de dollars), dont 76 millions iront à la plus grande d'elles, la commission scolaire de Montréal.

M. Sarrazin applaudit l'investissement du Ministère dans les écoles. Il s'interroge toutefois sur l'équité de la mesure pour les commissions scolaires comme Val-des-Cerfs qui sont à jour dans leur plan d'entretien. «Il faut tenir compte de certaines réalités socioéconomiques dans certaines commissions scolaires. Elles ont des défis importants. Mais on est pénalisés en quelque sorte parce qu'on réussit à rénover nos écoles avec nos budgets. On aimerait aussi avoir des subventions pour ça. Mais on ne les a pas.»

Le projet de construction d'un gymnase à l'école Saint-Romuald n'est pas lié à ce programme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer