Baisse du taux de chômage canadien

Un bond dans la création d'emplois au Canada a fait reculer le taux de chômage... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andy Blatchford, LA PRESSE CANADIENNE
La Presse Canadienne

Un bond dans la création d'emplois au Canada a fait reculer le taux de chômage national, le mois dernier, et donné un nouveau signe de redressement de l'économie du pays.

Aux yeux des experts, les chiffres dévoilés vendredi par Statistique Canada - qui étaient meilleurs que ceux attendus -, donnent du poids aux arguments de ceux qui jugent que l'économie a commencé à s'ajuster de façon positive à la faiblesse du dollar canadien et des prix du pétrole.

La création nette de 40 600 emplois en mars a permis au taux de chômage de reculer à 7,1 pour cent, comparativement à celui de 7,3 pour cent du mois précédent.

La majorité des emplois créés, soit 35 300, sont des postes à temps plein. Le secteur privé a par ailleurs accueilli 65 100 nouveaux travailleurs.

«Cela nous donne un portrait du marché de l'emploi qui est, dans l'ensemble, assez sain, je crois, compte tenu des circonstances actuelles», a indiqué Jimmy Jean, économiste principal chez Desjardins, en faisant référence aux difficultés que connaît le secteur de l'énergie à cause du plongeon du cours du pétrole brut.

Ces dernières semaines, certains indicateurs économiques - en particulier ceux sur la croissance économique et sur les ventes au détail et en gros - ont été plus robustes que prévu.

M. Jean était en outre ravi d'observer une augmentation du nombre d'emplois dans le secteur des services, ce qui pourrait aider le Canada à se remettre du choc pétrolier. Le secteur des services a accueilli 74 700 nouveaux travailleurs en mars, tandis que celui des biens a perdu 34 100 emplois.

«Il est encourageant de voir des preuves de ce qui pourrait être un changement, ou la notion que le pire pourrait être derrière (nous)», a poursuivi M. Jean.

Par rapport au mois de mars de l'an dernier, le Canada comptait 129 600 travailleurs de plus, soit une augmentation de 0,7 pour cent.

Les économistes s'attendaient en moyenne à un ajout net de 10 000 emplois au pays le mois dernier, et à un taux de chômage stable à 7,3 pour cent, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters.

Compte tenu des difficultés économiques significatives qui sont celles du secteur des produits de base, M. Jean s'est dit encouragé par le fait que le rapport du mois de mars permette au Canada d'afficher un gain mensuel moyen d'environ 11 000 emplois pour les six derniers mois. Selon lui, le marché canadien gagne en moyenne 16 000 emplois par mois lorsque les conditions économiques sont plus normales.

Cependant, il n'y a pas de garantie que le solide début de 2016 se poursuivra dans les mois à venir, particulièrement si les prix du pétrole restent faibles, a-t-il prévenu.

«Les perspectives restent fragiles.»

Le taux de chômage en Alberta, qui avait atteint 7,9 pour cent en février, a reculé à 7,1 pour cent en mars. Cette contraction s'explique par une hausse du nombre d'employés dans le commerce de détail et de gros.

Le taux de chômage a toutefois augmenté à Calgary pour atteindre 8,6 pour cent en mars, comparativement à 8,4 pour cent le mois précédent. Il s'agit du taux le plus élevé des 20 dernières années. À Edmonton, le taux de chômage est passé de 6,8 pour cent en février à 6,9 pour cent en mars.

Au Québec, 22 500 emplois à temps plein ont disparu, ce qui a été partiellement compensé par la création de 11 200 emplois à temps partiel. Un recul net de 11 200 emplois a ainsi été comptabilisé pour le mois de mars dans la province.

Le taux de chômage a malgré tout reculé de 0,1 point à 7,5 pour cent, ce qui était attribuable à une diminution du nombre de personnes à la recherche d'un emploi - ces derniers n'étant pas considérés comme des chômeurs.

L'emploi a peu varié en Ontario le mois dernier et le taux de chômage s'est maintenu à 6,8 pour cent.

Le nombre d'emplois a diminué de 700 à l'Île-du-Prince-Édouard mais le taux de chômage s'est maintenu à 11 pour cent. En Nouvelle-Écosse, l'emploi a progressé de 3400 en mars et le taux de chômage est resté à 9,1 pour cent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer