Sensibilisation à la sécurité routière: Granby veut accentuer ses efforts

Certains conseillers municipaux auraient souhaité que la limite... (Photo Alain Dion)

Agrandir

Certains conseillers municipaux auraient souhaité que la limite de vitesse soit réduite de 70 km/h à 50 km/h rue Simonds Sud, entre les boulevards Industriel et Fortin, où se trouve une traverse piétonnière et cycliste, mais une majorité d'élus s'y est opposée.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) La Ville de Granby doit accentuer ses efforts d'éducation et de sensibilisation en matière de sécurité routière, ont conclu les élus au terme d'un débat qui a divisé le conseil municipal au sujet de la diminution de la limite de vitesse sur un tronçon de la rue Simonds Sud.

Au coeur des discussions: la réduction de la limite de vitesse, de 70 km/h à 50 km/h, entre les boulevards Industriel et Fortin. Si quatre conseillers municipaux ont donné leur aval à ce changement, six autres s'y sont opposés, entraînant un statu quo dans ce dossier. Cette même demande avait déjà été acceptée. Mais le maire a souhaité que le conseil revoie sa position.

«La Ville a injecté des sommes importantes (pour l'aménagement en 2014 d'une traverse piétonnière et cycliste). Et l'analyse a été faite sur la base que c'est une route à 70 km/h. Si on a investi ce montant-là sur une traverse, c'est parce que la route était à 70 km/h et on voulait sécuriser l'endroit. (...) Le conseil semblait avoir oublié des détails», a fait valoir le maire, Pascal Bonin, au terme de la récente séance du conseil.

Celui-ci souligne en outre que la rue Simonds Sud est une route qualifiée de «collectrice», qui a pour fonction d'améliorer la fluidité de la circulation. Mais cet argument n'est pas retenu par le conseiller Éric Duchesneau qui, lui, aurait réduit la vitesse pour une question «de sécurité». Un impact entre une voiture et un cycliste ou un piéton pardonne peu à 70 km/h, tandis qu'il pourrait être moins dommageable à 50 km/h, fait-il entre autres valoir.

Le président du comité de circulation, Joël Desmarais, assure toutefois que «les aménagements et les distances de visibilité» ont été effectués en fonction d'une limite de vitesse de 70 km/h.

Privilégier l'éducation

Jocelyn Dupuis relève pour sa part que des avancées de trottoirs ont été aménagées et qu'une nouvelle signalisation a été mise en place l'an dernier. «Si le problème persiste, ce n'est pas parce que la Ville n'a pas fait quelque chose. (...) Il faut faire de l'éducation et de la sensibilisation autant pour les cyclistes que pour les automobilistes», croit le conseiller municipal.

Le fait que les cyclistes doivent descendre de leur vélo aux traverses cyclistes et piétonnières pour obtenir la priorité, et ainsi inciter les voitures à s'immobiliser pour les laisser passer, n'est pas encore acquis, constate Pascal Bonin. Mais le non-respect des passages cyclistes et piétons n'est pas unique à cette intersection ni à la ville de Granby. La situation est la même partout à l'échelle de la province, estime-t-il.

«La Ville a fait beaucoup pour la mobilité active au cours des dernières années et on veut continuer à la promouvoir. Je pense que ce qu'il nous reste à faire, c'est de l'information, de la sensibilisation et de l'éducation. Il va falloir sortir massivement pour faire comprendre le rôle de tout le monde là-dedans», renchérit le maire Bonin.

Le prochain Samedi matin du maire, le 23 avril, portera justement sur la sécurité routière. Les conseillers municipaux Julie Bourdon et Joël Desmarais animeront cette rencontre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer