SQ Rouville : un policier «de terrain» à la barre

Le nouveau directeur du poste de la Sûreté... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le nouveau directeur du poste de la Sûreté du Québec dans Rouville, le lieutenant Michel Vincent.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Marieville) Le nouveau directeur de la Sûreté du Québec dans Rouville est maintenant en poste. Il s'agit du lieutenant Michel Vincent, un policier qui cumule une vingtaine d'années d'expérience au sein de la SQ.

«C'est une opportunité qui s'est présentée à moi. C'est un nouveau défi!», a indiqué mardi M. Vincent lors d'une entrevue réalisée au poste où il est en fonction depuis quelques semaines. Ce dernier succède à Chantale Doyon, qui a été nommée directrice du poste de la SQ Haute-Yamaska.

Embauché par la SQ comme patrouilleur à Louiseville en 1988, le lieutenant Vincent a ensuite été patrouilleur aux postes de Sainte-Martine et de Candiac. Il a notamment travaillé pendant la crise d'Oka. Promu enquêteur en 1994, il a été transféré à l'escouade du crime organisé qui enquêtait notamment sur le trafic de stupéfiants. Après une restructuration, il est devenu coordonnateur du bureau régional des enquêtes de la Montérégie.

Le policier n'en est pas à ses débuts comme directeur. Depuis 2008, il occupe ces fonctions à la SQ de la Vallée-du-Richelieu. Le poste de Rouville dessert un plus grand bassin de population et compte plus d'effectifs, dit-il. «Juste en volume de population, avant c'était environ 8000 alors que maintenant c'est 24 000 ou 26 000. Il y a près du double des effectifs ici. Déjà, c'est un élément intéressant», estime M. Vincent.

Le directeur originaire de la Mauricie a l'intention de se familiariser rapidement avec le territoire desservi par le poste de Rouville. «Je vais faire une journée découverte du territoire de chaque municipalité avec le maire. Je veux avoir un portrait des municipalités et des endroits qui sont problématiques», explique-t-il.

Le policier a déjà rencontré les membres du comité de sécurité publique de la MRC Rouville. Et il a l'intention d'informer les maires de ce qui se passe sur leur territoire. «Je veux développer de nouveaux liens avec eux. Je suis quelqu'un de très accessible et j'aime informer les maires de ce qui se passe dans leur municipalité. S'il y a une perquisition en cours par exemple, je vais l'aviser», cite-t-il en exemple.

En plus de vouloir créer un lien de confiance avec les élus, il souhaite également être à l'écoute des citoyens. «S'il y a par exemple un panneau d'arrêt qui n'est pas respecté dans un secteur résidentiel, on va s'attaquer à la problématique et on donnera un retour au citoyen ou à l'élu», dit-il.

Le lieutenant se décrit comme un policier de «terrain». «S'il y a une perquisition, je vais y être», explique M. Vincent.

Le nouveau directeur assure que les priorités fixées par le comité de sécurité publique ne resteront pas lettre morte, qu'il s'agisse de prévenir des introductions par effraction par le biais de patrouilles stratégiques ou d'assurer une présence et une visibilité dans les endroits fréquentés par les jeunes où des crimes de diverses natures peuvent être commis.

Le travail des agents se poursuivra également en vue d'améliorer le bilan routier en diminuant le nombre de collisions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer