Élèves de Saint-Vincent-Ferrier

Bromont et la CSVDC s'entendent

La saga du découpage scolaire dans le secteur de Bromont connaît un dénouement... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) La saga du découpage scolaire dans le secteur de Bromont connaît un dénouement inattendu. La Ville achète finalement les unités modulaires installées à proximité de l'école Saint-Vincent-Ferrier pour dénouer l'impasse en évitant qu'une centaine d'élèves soient redirigés vers d'autres établissements scolaires lors de la rentrée automnale.

Devant une salle du conseil bondée, lundi, les élus ont adopté une résolution autosisant la Ville à défrayer la moitié du coût d'achat des unités, soit 57 481$ (taxes incluses). Cette somme proviendra du surplus accumulé de la municipalité. Des frais annuels d'entretien de 15 000$ sont aussi prévus.

Brigham doit adopter une résolution similaire dans le cadre d'une séance extraordinaire, le 7 avril.

Rappelons qu'en raison du découpage scolaire, une centaine d'élèves devaient être redirigés vers l'école de la Moisson d'Or de Saint-Alphonse-de-Granby ou de La Chantignole de Bromont, au cours de l'année scolaire 2016-2017. Les municipalités de Brigham et d'East Farnham devaient également être touchées par cette mesure.

Une des propositions de Bromont était de réaffecter des élèves dans le sous-sol de l'église Saint-Vincent-Ferrier. La commission scolaire a toutefois rejeté cette option.

Il y a à peine quelques semaines, les unités modulaires installées à proximité de l'établissement scolaire étaient jugées désuètes par la commission scolaire du Val-des-Cerfs (CSVDC). Le président de l'organisation, Paul Sarrazin, a tenu à remettre les pendules à l'heure. «En tenant compte que la commission scolaire n'a pas les moyens financiers pour entretenir les roulottes, elles avaient atteint leur durée de vie utile. Comme les deux Villes (Bromont et Brigham) s'engagent à investir des sommes pour garder les modules à niveau, ça change la donne», a-t-il précisé en entrevue.

«C'est une très bonne nouvelle. Enfin, on va pouvoir tirer un trait sur une longue saga», a commenté la conseillère du district Adamsville, Sylvie Adam, qui pilote le dossier, en marge de la séance du conseil.

Une conférence de presse faisant le point sur la situation a eu lieu mardi matin. Tous les détails dans La Voix de l'Est, mercredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer