Compétition de robotique: le Fénix 4947 stoppé en demi-finale

Bruno Côté, Manon Brien et le Fénix 4947... (photo Julie Catudal)

Agrandir

Bruno Côté, Manon Brien et le Fénix 4947 ont remporté le prix de l'innovation en système de contrôle et ont atteint la demi-finale de la FIRST Robotics Competiton.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Cowansville) Le classement de l'équipe Fénix 4947 de Massey-Vanier, vendredi soir, ne lui laissait pas d'espoir de se rendre loin dans la FIRST Robotics Competition, qui se déroulait jusqu'à samedi à Montréal. Contre toute attente, l'équipe a cependant atteint la demi-finale et a même remporté le prix de l'innovation en système de contrôle.

«On est super contents, lance Manon Brien, qui joue le rôle de mentor pour l'équipe de jeunes du secondaire. Ça veut dire que notre robot était fiable.»

Le capitaine, Bruno Côté, explique que leur robot était le seul à posséder un système automatique de détection des cibles. Celui-ci était donc précis et rapide pour envoyer le ballon dans les fenêtres de la forteresse. «On était très fiers», lance Bruno.

L'équipe s'est classée en quatrième position parmi 50 concurrents. Elle a remporté les quarts de finale pour se rendre à l'étape suivante. «On veut la finale l'an prochain!», évoque avec détermination Mme Brien.

«On a réussi à prouver au Québec qu'on était capables d'évoluer et que l'équipe a du potentiel», renchérit le capitaine.

Il faut dire que les jeunes ont rencontré plusieurs embûches durant la conception du robot. Outre le manque d'assiduité de certains élèves et de disponibilité de quelques mentors, ils ont connu des problèmes de livraison, dont un retard et des défauts de fabrication. La persévérance a été apprise à la dure cette année. Les choix et la gestion d'agenda des élèves feront partie du rôle de Mme Brien durant la prochaine édition.

Enrichissement

Bruno Côté a 16 ans et fait partie de l'équipe depuis sa formation, il y a trois ans. Il a appris à sortir de son cocon et s'est découvert des dons de leader. «Cette année, ma job était de mener l'équipe, de m'assurer que tout le monde avait sa place, que tout le monde aime sa journée», explique-t-il.

Motiver les troupes ne figurait pas parmi ses aspirations au départ. Gêné, il était celui qui se faisait oublier par sa discrétion. Aujourd'hui, il parle avec assurance de ce qui a été réalisé par le Fénix 4947. «C'était ma dernière année en tant qu'élève, mais c'est sûr que je reviens l'an prochain comme mentor. Je me suis découvert des talents, j'ai appris à comment bien écrire, à choisir les bons mots, à vendre un produit», énumère-t-il.

À l'automne, le jeune homme entreprendra une technique en gestion de commerce au Cégep de Granby. Il souhaite être un jour propriétaire de son entreprise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer