École d'Adamsville : une annonce prévue mardi

Une conférence de presse sur la situation des... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Une conférence de presse sur la situation des élèves de l'école Saint-Vincent-Ferrier concernant le découpage scolaire doit avoir lieu mardi.

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) On devrait en savoir plus à propos du sort des élèves de l'école Saint-Vincent-Ferrier à Adamsville pour la prochaine rentrée automnale, mardi. Bromont a organisé un point de presse au cours duquel la mairesse Pauline Quinlan ainsi que ses homologues de Brigham et East Farnham, de même que le président de la commission scolaire du Val-des-Cerfs (CSVDC) doivent «faire le point».

Le journal a tenté d'en savoir plus au sujet de l'annonce auprès du président de la CSVDC, Paul Sarrazin. Or, La Voix de l'Est lui a appris qu'il devrait prendre la parole, mardi matin au centre communautaire Lucien-Parent. «Je suis le premier surpris d'apprendre qu'une conférence de presse aura lieu mardi. Personne ne m'a parlé de ça. Encore moins de ce que j'aurai à annoncer. Parce qu'en ces moments, il n'y a rien à dire. C'est assez spécial ce qui se passe.»

De plus, aucun point en ce sens ne figure à l'ordre du jour de la séance du conseil municipal de Bromont de lundi, disponible sur le site de la Ville.

Rappelons qu'en raison du découpage scolaire, une centaine d'élèves seront redirigés vers l'école de la Moisson d'Or de Saint-Alphonse-de-Granby ou de La Chantignole de Bromont, au cours de l'année scolaire 2016-2017. Les municipalités de Brigham et d'East Farnham sont également touchées par cette mesure.

Comme les unités modulaires installées à proximité de l'établissement scolaire sont désuètes, elles devront être mises au rancard. La municipalité de Bromont souhaitait donc réaffecter des élèves dans le sous-sol de l'église Saint-Vincent-Ferrier. La commission scolaire a toutefois rejeté cette option. Les élus bromontois avaient alors interpellé le ministre de l'Éducation pour dénouer l'impasse, en vain.

Le président de Val-des-Cerfs demeure toutefois ouvert à revoir le découpage scolaire. Les municipalités touchées devront toutefois avancer les sommes nécessaires, avait-il fait valoir en entrevue, notamment en finançant des locaux temporaires, avait-il cité en exemple.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer