Nouvelle microbrasserie industrielle: Vrooden s'implante à Granby

André Coulombe, Carol Duplain et Hervé Gagnon sont... (Photo Alain Dion)

Agrandir

André Coulombe, Carol Duplain et Hervé Gagnon sont à l'origine de Vrooden, une microbrasserie industrielle spécialisée dans la fabrication de bières allemandes traditionnelles, implantée rue Simonds Sud.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Une microbrasserie industrielle spécialisée dans le brassage de bières allemandes vient tout juste de commencer ses opérations sur la rue Simonds Sud, à Granby, à la suite d'un investissement de 750 000 $. Les quatre premières boissons alcooliques fermentées de la PME Vrooden seront prêtes à être dégustées en mai prochain.

Brasseur amateur de bières et attiré depuis longtemps par l'entrepreneuriat, Carol Duplain a décidé de combiner ses deux intérêts pour démarrer Vrooden.

M. Duplain, ingénieur chimiste de profession, travaille sur ce projet depuis deux ans. Mais c'est réellement à partir de ce samedi que Vrooden est appelé à prendre vie, car la production des premières bières de l'entreprise sera lancée.

«On veut commencer tranquillement et être présents dans des points de vente stratégiques. On vise la qualité et la constance. On veut croître graduellement», a expliqué Carol Duplain à La Voix de l'Est.

Celui-ci est associé à deux amis dans cette aventure: Hervé Gagnon et André Coulombe. Et pourquoi les bières allemandes, de type traditionnel de surcroît? «Parce qu'elles ne sont pas faciles à faire», affirmeM. Duplain. Elles demandent aussi de la patience; le processus de fermentation s'étire sur un mois.

Les quatre premières bières de Vrooden (Pilsner, lager noire, ale rousse et ale blanche), sans produits chimiques, enzymes ou agents de collage, devraient ainsi être disponibles au Marché du village à Ange-Gardien, et à d'autres points de vente qui restent à définir, au début mai.

Investissement important

La demande pour ce type de produits est bien présente et en croissance, affirme André Coulombe. Vrooden croit par ailleurs pouvoir se démarquer de ses compétiteurs, car peu de microbrasseries québécoises ont jeté leur dévolu sur les bières allemandes.

Vrooden a pignon sur rue dans le parc industriel, rue Simonds Sud, dans des locaux voisins de la boulangerie Multi-Marques. Pour accueillir les différentes cuves et installations de la microbrasserie, l'endroit a dû faire l'objet d'importantes rénovations, explique Carol Duplain.

L'expérience en ingénierie et en gestion de projets des associés les a d'ailleurs incités à rehausser d'un cran le processus de production de bières. Les installations comptent ainsi un laboratoire, une salle de malts et un centre de traitement des eaux.

Quelque 750 000 $ ont été investis dans Vrooden, affirme M. Duplain. Le financement a pu être assuré grâce à la Banque Nationale, la BDC, le CAE ainsi que les économies personnelles des associés. La firme Capital Conseil a veillé au montage financier.

Salon de dégustation

Pour sa première année d'opération, Vrooden vise à produire 40 000 litres, ou 80 000 bouteilles. À l'automne, un salon de dégustation (et non un bar) sera par ailleurs aménagé dans une partie des locaux de la rue Simonds Sud.

À court terme, les brasseurs souhaitent d'abord miser sur leurs quatre premiers produits. Par la suite, ils envisagent d'élaborer des bières saisonnières. Et si la demande l'exige, ils ont déjà prévu de prendre de l'expansion.

Carol Duplain a quitté son emploi chez Teledyne Dalsa, à Bromont, pour se consacrer à la microbrasserie, mais il n'en va pas de même pour l'instant pour ses partenaires. Hervé Gagnon est professionnel d'ingénierie chez Teledyne Dalsa et André Coulombe, superviseur qualité chez Life Science Nutritionals, à Acton Vale.

Au sein de la nouvelle entreprise, M. Duplain agira à titre de président et de brasseur. André Coulombe verra au développement des affaires, tandis qu'Hervé Gagnon veillera aux finances et aux stratégies de production.

Détail: ne cherchez pas la signification du mot Vrooden, il s'agit d'un mot inventé qui, selon les associés, représente le plaisir d'être ensemble.

Le secret est dans les ingrédients

Bières allemandes obligent, les fondateurs de Vrooden ont bien l'intention de se conformer à la «Reinheitsgebot», soit la loi de la pureté de la bière, décrétée en 1516 en Bavière.

Selon cette loi, seuls le malt, le houblon et l'eau pouvaient, à l'origine, figurer dans la liste des ingrédients. La levure a par la suite été ajoutée.

À cet effet, les bières de Vrooden seront par ailleurs brassées avec du malt et du houblon allemands.

«Tout comme les cépages de raisins, le terroir détermine les arômes et saveurs développées durant la croissance. Pour nous, la production de bières authentiques passe par l'utilisation de houblons qui proviennent du pays d'origine de ce style», font valoir les trois associés.

Ceux-ci accordent aussi beaucoup d'importance à la qualité de l'eau qui entre dans la composition de leurs bières. D'où l'aménagement d'un petit centre de traitement des eaux.

«L'eau de la ville est très bonne pour les bières, car elle contient peu de sels minéraux. Cela permet de faire plusieurs styles», relève Carol Duplain.

Dans les installations de Vrooden, les brasseurs sont néanmoins en mesure d'ajuster les propriétés physico-chimiques de l'eau de brassage, soit en ajoutant des sels minéraux ou en les enlevant à l'aide d'un système d'osmose inverse. Bref, la chimie n'est jamais bien loin.

Marie-France Létourneau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer