Faits divers en bref

Reconnu coupable d'avoir menacé un membre important du... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Reconnu coupable d'avoir menacé un membre important du système judiciaire sur Facebook, Donald Tremblay été arrêté en février 2015 et relâché par la suite

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Le dossier de Donald Tremblay reporté

Donald Tremblay devra patienter avant de connaître le sort que lui réserve la justice. Le tribunal devait prononcer sa sentence jeudi au palais de justice de Granby, mais l'affaire a été reportée au 21 avril.

Le quadragénaire, reconnu coupable d'avoir menacé un membre important du système judiciaire sur Facebook, avait été arrêté en février 2015 et relâché par la suite. Il était alors en plein litige avec son ex-conjointe et a reconnu, en février dernier, qu'il avait agi sous l'emprise de l'alcool et qu'il n'aurait jamais dû proférer ces menaces.

La défense suggère 240 heures de travaux communautaires ou 100 heures assorties de 90 jours de détention à purger de façon discontinue, afin de «protéger ses faibles acquis».

Pour sa part, la couronne qualifie le crime de «très grave» et croit qu'il «y a un message dissuasif à passer». C'est pourquoi elle demande une peine beaucoup plus sévère, soit de 12 à 15 mois de prison ferme. Jérôme Roy, avec la collaboration de Pascal Faucher 

Enquête de la SQ à Saint-Alphonse-de-Granby

Les enquêteurs de la Sûreté du Québec tentent de faire la lumière sur une série de délits commis dans la nuit du 23 mars à Saint-Alphonse-de-Granby.

Les délits - principalement des méfaits et des vols dans des véhicules - ont été rapportés par une douzaine de citoyens dans le secteur des rues du Klondike et Lussier.

Porte-parole à la SQ, Aurélie Guindon s'est gardée, jeudi après-midi, de préciser si des suspects sont dans la mire des policiers.

La SQ en profite cependant pour rappeler à la population de verrouiller les portières des véhicules et de ne pas y laisser d'objets de valeur, afin de se protéger contre ce type de délit. Jérôme Roy

La Cour suprême du Canada a tranché qu'une... (Archives Le Droit) - image 3.0

Agrandir

La Cour suprême du Canada a tranché qu'une femme de l'Alberta qui a jeté deux de ses nouveau-nés aux poubelles n'est pas coupable de meurtre non prémédité.

Archives Le Droit

Bébés jetés aux poubelles: la mère acquittée de meurtre

La Cour suprême du Canada a tranché qu'une femme de l'Alberta qui a jeté deux de ses nouveau-nés aux poubelles n'est pas coupable de meurtre non prémédité.

De façon unanime, les juges du plus haut tribunal canadien ont donné raison jeudi aux avocats de Meredith Borowiec, de Calgary, qui ont plaidé qu'elle était plutôt coupable d'infanticide, une infraction moins grave.

La Cour suprême a rendu un jugement pour la première fois sur l'article du Code criminel sur l'infanticide, qui porte sur la définition de ce qui constitue un esprit troublé chez une nouvelle mère.

Mme Borowiec a été accusée à l'origine de deux chefs de meurtre non prémédité pour la mort de ses deux enfants en 2008 et en 2009.

En 2014, elle a été condamnée pour infanticide et a reçu une peine additionnelle de 18 mois de prison, en plus des 18 mois qu'elle avait déjà passés en détention préventive.

La Cour d'appel de l'Alberta avait maintenu les verdicts d'infanticide, mais les juges étaient divisés et l'affaire s'est donc rendue en Cour suprême. La Presse Canadienne

Zika: possible cas de transmission sexuelle au Canada

Les autorités médicales de la Saskatchewan investiguent ce qui pourrait être le premier cas de transmission sexuelle du virus Zika au Canada.

La médecin en chef adjointe de la Saskatchewan, Denise Werker, a annoncé jeudi qu'une femme semble avoir contracté le virus après avoir eu une relation sexuelle avec un homme qui avait séjourné dans un pays où le virus Zika est répandu.

Mme Werker  a expliqué qu'un homme peut transmettre le virus à une femme pendant une relation sexuelle et que le virus survit dans le sperme plus longtemps que dans le sang. Elle recommande donc aux hommes d'utiliser des condoms pour une période de six mois suivant un voyage dans un pays touché par l'épidémie.

La plupart des personnes infectées par le virus, qui se transmet généralement par des moustiques, n'ont pas de symptômes. Certaines personnes ressentent toutefois de la douleur et souffrent de fièvre, d'éruption cutanée ou de conjonctivite.

Le moustique qui transmet le Zika n'est pas présent au Canada, mais 32 personnes vivant au pays ont été contaminées.

L'épidémie de Zika est présentement répandue à la plupart des pays d'Amérique du Sud, d'Amérique centrale, des Caraïbes et à certaines régions du Mexique. La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer