Ébranlée, mais forte dans ses convictions

Même si «ça ne change rien à la... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Même si «ça ne change rien à la réalité», An de Win apprécie les gestes de solidarité internationale, comme celui de la Ville de Granby qui a mis ses drapeaux en berne mardi.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

An De Win a été vivement secouée, mardi matin, chez elle à Bromont. Elle est allée sur Facebook, simplement pour vérifier si elle avait reçu un message. La mère de famille a plutôt constaté que plusieurs de ses amis en Belgique y avaient publié le mot «safe». Le temps de s'informer, elle a réalisé que l'impensable venait de se produire: la capitale de son pays venait d'être la cible d'attentats terroristes.

«J'ai commencé à pleurer, parce que j'ai plein d'amis qui travaillent à Bruxelles», raconte Mme De Win, tout de même rassurée d'avoir reçu la confirmation que ses proches étaient tous sains et saufs plus tard dans la journée.

Cette ancienne acrobate du Cirque du Soleil est installée dans la région depuis 2013. C'est l'amour qui l'a amenée ici, d'abord à Sutton et, depuis un an, à Bromont. Originaire de la région d'Anvers, An De Win n'a pas souvent fréquenté le métro bruxellois. En revanche, elle a très souvent transité par l'aéroport international qui a été touché par les attentats de mardi et ça l'a mise devant un constat troublant.

«Mes parents viennent me visiter en juin et moi, j'ai déjà pris l'avion avec mon bébé pour aller visiter mes parents. C'est réel maintenant! Chaque jour, tu lis dans les nouvelles qu'il a des explosions n'importe où dans le monde. C'est vraiment, vraiment triste et ça m'embête beaucoup, mais maintenant c'est vrai, c'est là, c'est dans mon pays, c'est comme... Mes parents auraient pu être là!», lâche-t-elle avec effroi.

An De Win avoue que les terribles événements de mardi ont semé une crainte en elle. À chaud, elle ne cache pas qu'elle aura peur pour ses parents lorsque ceux-ci viendront la visiter l'été prochain et qu'elle va bien y penser avant d'aller les voir avec ses enfants.

«Moi, ça me fait peur!»

Par ailleurs, elle relativise les gestes de solidarité internationale, comme la Ville de Granby qui a mis ses drapeaux en berne mardi ou les personnes qui ont affiché les couleurs de la Belgique sur les réseaux sociaux.

«Je pense que c'est beau. J'aime ça [...], mais ça ne change rien à la réalité. Mais c'est un beau geste, c'est sûr.»

Ses convictions restent

Résolument contre toute forme de racisme, cette Belge installée à Bromont n'a pas l'intention de laisser les attentats changer sa vision du monde.

«Ça me touche aussi parce qu'en Belgique, je suis sûre qu'il y a beaucoup de monde qui vont réagir très [agressivement envers] les réfugiés, avance-t-elle. Il y avait déjà pas mal de racisme à Bruxelles et j'ai peur que ça [devienne] pire maintenant. Je trouve ça triste aussi pour les réfugiés.»

An De Win voulait d'ailleurs s'impliquer auprès de l'organisme Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY) pour être jumelée à des réfugiés syriens. Par contre, ceux-ci ont été trop peu nombreux dans la région jusqu'à maintenant et elle ne pense pas que son aide sera requise dans un avenir rapproché. Quoi qu'il en soit, elle continue de saluer le travail de l'organisme.

«Je trouve que c'est une bonne initiative. J'espère qu'en Belgique, ça [le drame de mardi] ne va pas juste donner du racisme.»

Sur le plan religieux non plus, les attentats de mardi n'ont pas changé sa vision du monde. Mme De Win ne pratique pas de religion, mais respecte l'Islam. De plus, elle se garde bien de faire des amalgames, même si elle reconnaît qu'il y a de sérieux problèmes de violence à Molenbeek, notamment.

«L'Islam, ça fait peur, surtout maintenant avec tout ce qui se passe. Mais l'Islam, ce n'est pas mauvais», pense-t-elle.

Pour An De Win, peu importe la gravité des événements, il faut prôner la tolérance: l'ouverture d'esprit et la gentillesse demeurent très importantes à ses yeux. «Juste un petit geste par tout le monde dans tout le monde, ça ferait déjà de grandes choses.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer