Réfection du 11e rang à Granby: un contrat de près d'un million accordé

Un contrat de près d'un million de dollars... (photo Alain Dion)

Agrandir

Un contrat de près d'un million de dollars a été attribué au groupe Allaire Gince Infrastructures pour compléter les travaux de réhabilitation de la chaussée du 11e rang.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) L'aspect cahoteux d'une longue portion du 11e rang à Granby ne sera bientôt plus qu'un souvenir. Un contrat de 906 000$ a été attribué au groupe Allaire Gince Infrastructures pour compléter les travaux de réhabilitation de la chaussée entrepris l'an dernier.

Les élus ont octroyé le contrat à l'entreprise granbyenne lors d'une séance extraordinaire du conseil, lundi soir. Selon la documentation transmise aux élus, dont les médias ont obtenu copie, l'appel d'offres a été populaire.

Treize entreprises se sont procuré les documents et dix soumissions ont été déposées. Si l'offre d'Allaire Gince Infrastructures était la plus basse, celle de Construction Bau-Val de Blainville s'est révélée la plus haute avec des coûts de1,4 million$.

Selon le maire Pascal Bonin, une économie importante a pu être dégagée, alors que l'estimé des travaux s'élevait à 1,3 million$. «Ça commence bien l'année avec 300 000$ d'économies sur le premier contrat. On est vraiment contents», s'est réjoui le maire.

Détail important: alors que le chantier de réhabilitation de la chaussée s'est étiré sur plus d'un kilomètre (à partir de 40 mètres à l'ouest de la rue Dale jusqu'au numéro civique 180) l'an dernier, il se déroulera cette année de la limite urbanisée en allant vers l'ouest.

Les travaux débuteront sitôt la période de dégel terminée, affirme le maire Bonin. La date du début du chantier n'a cependant pas été précisée. «On va commencer tôt pour finir tôt», dit-il.

Calendrier modifié

Selon le maire, l'attribution d'un contrat de ce type à cette période-ci de l'année est plutôt rare, voire une première. «On n'a jamais assisté au lancement d'un contrat le 21 mars. C'est du jamais vu au niveau des infrastructures», affirme-t-il.

Selon lui, ce contrat démontre que la stratégie élaborée par le conseil municipal il y a deux ans porte ses fruits. Cette stratégie vise à accélérer les procédures d'adoption du programme triennal d'immobilisations (PTI), lors du dépôt du budget, afin d'être en mesure de lancer les appels d'offres plus tôt en début d'année et ainsi obtenir de meilleurs prix.

Cette nouvelle façon de faire est d'ailleurs à ce point ancrée dans l'administration municipale que le calendrier des séances ordinaires du conseil a été revu.

Auparavant, deux séances ordinaires du conseil étaient inscrites au calendrier en mai et en juin, car plusieurs contrats étaient attribués à cette période de l'année. Cette année, c'est plutôt en avril et en mai que les élus se réuniront à deux reprises mensuellement.

Lundi soir, cette décision s'est traduite par l'ajout au calendrier d'une séance publique le 18 avril, à 19h, et le retrait de la séance du 20 juin, à 19h. «On n'a plus besoin d'avoir deux séances au début de l'été», a souligné Pascal Bonin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer