Mondiaux des policiers et des pompiers: boycott des agents canadiens

«Nous ne pouvions pas laisser nos droits être... (Archives La Presse)

Agrandir

«Nous ne pouvions pas laisser nos droits être écrasés et nous laisser piétiner tout en demeurant partenaires de la Ville et participer, main dans la main et avec le sourire, aux Jeux mondiaux», a tranché le président du syndicat de policiers montréalais, Yves Francoeur.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

La campagne de boycottage des Jeux mondiaux des pompiers et des policiers prévus à Montréal à l'été 2017, dans le cadre des festivités du 375e anniversaire, prend de l'ampleur.

L'Association canadienne des policiers (ACP) et la Fraternité des policiers de Montréal (FPM) sont devenus mardi les derniers syndicats en lice à annoncer leur intention de se joindre au mouvement.

La décision n'a pas été prise «gaieté de coeur», a assuré le président du syndicat de policiers montréalais, Yves Francoeur.

Mais il était impératif de se tenir debout pour dénoncer les dispositions de la loi 15 sur la réforme des régimes de retraite des employés municipaux, a-t-il insisté en conférence de presse à Ottawa.

«Nous ne pouvions pas laisser nos droits être écrasés et nous laisser piétiner tout en demeurant partenaires de la Ville et participer, main dans la main et avec le sourire, aux Jeux mondiaux», a tranché M. Francoeur.

Son homologue de l'ACP, Tom Stamatakis, a dit que son regroupement avait décidé de se joindre au mouvement initié par la FPM par «principe», mais également par crainte que la loi n'inspire d'autres juridictions au pays.

L'ACP regroupe quelque 60 000 policiers dans les principales grandes villes à travers le pays, et le président de l'organisation a dit s'attendre à ce que tous les membres suivent le mot d'ordre de boycotter l'événement, a soutenu M. Stamatakis.

Les deux leaders syndicaux ont reproché au maire de la ville-hôte de ces jeux, Denis Coderre, d'avoir été un «ardent défenseur» de la mesure législative, qui selon eux viole la libre négociation.

«Au final, cette loi permet à la Ville de Montréal de récupérer plus 40 millions de dollars sur le dos des policiers et policières de Montréal sans aucune négociation», a affirmé M. Francoeur.

L'appel au boycottage des jeux a été lancé en octobre 2014 par l'Association des pompiers de Montréal face à «l'attitude d'intransigeance de l'administration Coderre» et «face au dossier des caisses de retraite».

Il a depuis rallié des syndicats représentant plusieurs centaines de pompiers australiens ainsi que des syndicats comme la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et Teamsters Canada.

Rappelons que la région doit participer à sa façon aux Jeux mondiaux des pompiers et des policiers en accueillant deux disciplines, soit le vélo de montagne à Bromont et le tir à la carabine à Farnham.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer