Des «bioniques» au Défi ski

L'équipe Les membres bioniques était composée de (de... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

L'équipe Les membres bioniques était composée de (de gauche à droite) Vincent Michel, Clémence Mainville, Caroline Viau et Florence Carrier.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Roy
La Voix de l'Est

Le Défi ski 12 heures de Leucan recevait cette année des participants particuliers. L'équipe Les membres bioniques, composée de quatre personnes ayant grandi au sein du Programme pour enfants amputés Les vainqueurs de l'association des Amputés de guerre, était de la partie.

L'idée est venue à Caroline Viau, capitaine de l'équipe, lorsqu'elle a appris l'histoire d'un jeune homme de 22 ans amputé en raison d'un cancer similaire à celui de Terry Fox l'été dernier.

«C'est sûr que c'est un double défi pour eux. C'est de faire face au traitement du cancer et ensuite, une fois en rémission, c'est de devoir apprendre à vivre au quotidien avec une amputation, raconte-t-elle. [...] Tous les membres de mon équipe, - nous sommes quatre -, nous sommes tous amputés soit d'un bras, soit d'une jambe. Puis on s'est connus au sein de l'Association des amputés de guerre. Et personnellement, on en connaît tous, dans le programme pour enfants amputés, qui ont subi une amputation en raison d'un cancer.»

Mme Viau n'a pas eu de mal à convaincre ses complices Florence Carrier (8 ans, d'Orford), Clémence Mainville (13 ans, de Saint-Jean-sur-Richelieu) et de Vincent Michel (35 ans, d'Orford) d'embarquer dans l'aventure.

«Ils ont dit oui, ça n'a pas été compliqué. On se connaît personnellement, donc ç'a été facile d'entrer en contact avec eux et je dirais qu'ils n'ont pas hésité trop longtemps avant d'embarquer!»

Le geste s'est traduit en argent, puisque l'équipe a récolté au moins 2720$ pour Leucan, un montant bien au-delà de ses espérances.

«On était bien contents, parce qu'on a formé notre équipe il y a à peu près un mois», se réjouit fièrement la capitaine.

Finalement, Mme Viau espère que la participation de l'équipe Les membres bioniques apportera un message positif aux personnes traversant le deuil lié à une amputation.

«C'est vraiment la philosophie qu'on a: c'est ce qui reste qui compte, affirme-t-elle. [...] Oui, c'est possible d'avoir une vie très active!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer