Un immeuble s'effondre partiellement à Rougemont

Une partie de l'immeuble en construction s'est effondrée... (fournie)

Agrandir

Une partie de l'immeuble en construction s'est effondrée alors que les ouvriers coulaient du béton sur le plancher. Un travailleur a été blessé à un pied.

fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Rougemont) Un immeuble à logements en construction s'est partiellement effondré, vendredi matin, dans la rue de la Petite Caroline à Rougemont. L'accident, qui a blessé un travailleur, est survenu au moment où les ouvriers coulaient un plancher en béton.

«C'est le plancher qui s'est effondré quand on coulait du béton dessus. On ne sait pas la nature, mais à notre avis, il n'y a pas eu de faute. On ne sait pas ce qui s'est passé», a fait savoir le propriétaire de l'immeuble, Francis Lavoie.

Les pompiers ont été appelés à se rendre sur le chantier de construction de l'immeuble de six logements vers 11 h 30. Une dizaine de travailleurs étaient dans le bâtiment lorsque l'accident s'est produit.

«Tous les employés étaient évacués à notre arrivée et l'un d'eux, qui était blessé à une jambe, avait déjà quitté en ambulance», explique le capitaine Yvan Michaud, du Service des incendies de Rougemont.

Un périmètre de sécurité a été établi par les pompiers. Heureusement que personne ne s'est aventuré dans l'immeuble puisqu'un deuxième effondrement s'est produit en après-midi. Des pelles mécaniques ont été dépêchées sur place pour démolir la partie instable du bâtiment.

Deux inspecteurs de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) ont été dépêchés sur les lieux pour les sécuriser. Les assureurs de l'entreprise devaient également se rendre sur place.

La construction allait bon train. Entre 40 % et 50 % des travaux avaient été effectués à ce jour, indique M. Lavoie. Les six logements qu'il contient étaient d'ailleurs tous loués, mais aucun d'entre eux n'était encore habitable.

La CNESST a fait savoir que le chantier sera fermé tant que les méthodes de travail ne sont pas sécuritaires, a indiqué Hélène Hamann, directrice du service de la prévention, de la santé et de la sécurité à la CNESST au bureau de la Yamaska.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer