Futurs développements résidentiels à Granby: passages fauniques obligatoires

La Ville de Granby aménagera un ponceau de... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La Ville de Granby aménagera un ponceau de 90 centimètres de diamètre sous la rue George-Slack pour permettre à de petits mammifères d'atteindre le boisé Miner.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Granby) Les futurs développements résidentiels dans des secteurs boisés à Granby devront prévoir des espaces pour aménager des passages fauniques. La Ville greffera cette obligation à son plan d'urbanisme.

Les passages fauniques visent à permettre aux animaux sauvages de continuer de passer d'un secteur boisé à un autre, assurant une hétérogénéité des espèces. «Plusieurs espèces d'animaux ont besoin de corridors pour se déplacer. Quand il n'y en a plus, ça vient isoler l'écosystème. Et un écosystème isolé, c'est un éco-système qui n'est pas sain», soutenait en entrevue l'année dernière la géographe Isabelle Grégoire.

Les promoteurs immobiliers devront maintenant insérer dans leurs plans des endroits où des passages fauniques peuvent être aménagés, a indiqué le maire Pascal Bonin. «Ils devront le faire pour respecter les conditions de notre plan d'urbanisme. Ça va être obligatoire», a-t-il expliqué. «C'est un immense pas que l'on fait. Les gens, ce qu'ils nous demandent quand on parle d'environnement ou de la nature, c'est qu'on agisse. C'est ce que le conseil fait», a-t-il affirmé hier.

Peu de villes au Québec ont inclus une telle mesure dans leur plan d'urbanisme, soutient M. Bonin. «Peut-être que ça va inspirer d'autres municipalités à poser un tel geste», a-t-il dit.

Le premier passage faunique sera aménagé dans le quartier résidentiel au sud des boisés Miner. La Voix de l'Est rapportait en avril que l'abattage d'arbres, l'aménagement de rues et la construction de maisons avaient enclavé complètement les 135 hectares des boisés Miner, empêchant différentes espèces d'animaux d'y accéder.

Le fait qu'aucun espace pour un passage faunique n'ait été prévu avait surpris M. Bonin. Une telle situation ne devrait plus se reproduire. «On ne peut pas revenir en arrière pour savoir comment il se fait que personne n'y avait pensé. Mais on va s'améliorer et faire en sorte que ça n'arrive plus», a-t-il promis.

La Ville lancera un appel d'offres dans les prochaines semaines pour aménager un ponceau spécial sous la rue George-Slack, dans un segment où aucune maison ne se trouve en raison de la présence d'un petit milieu humide. Le ponceau, d'un diamètre de 90 centimètres, inclura une rampe facilitant le passage- de petits mammifères.

Le conseil municipal a approuvé lundi une dépense de 35 000$ à 40 000$ pour effectuer les travaux.

L'analyse d'empreintes l'année dernière dans les boisés Miner, un travail effectué pour le Zoo de Granby, a permis de confirmer la présence de plusieurs animaux, notamment des cerfs de Virginie, des coyotes, des renards, des pékans et des porcs-épics.

M. Bonin a indiqué que les prochains ponceaux pourraient être plus larges pour permettre le passage d'animaux de plus grande taille.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer