Échauffourée dans la salle d'audience

Déclaré coupable de contacts sexuels sur des enfants,... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Déclaré coupable de contacts sexuels sur des enfants, Patrice Désormiers a reçu sa sentence avec une certaine agitation, lundi.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) L'intervention de quatre responsables de la sécurité a été nécessaire pour maîtriser un accusé qui refusait d'être placé en détention, lundi, au palais de justice de Granby.

Ayant reconnu sa culpabilité d'avoir eu des contacts sexuels avec trois mineurs et de les avoir incités à lui en faire, Patrice Désormiers, 32 ans, était de retour en cour afin de recevoir sa sentence. La juge Hélène Fabi l'a condamné à cinq ans de prison en plus de le déclarer délinquant sexuel à vie. Ses victimes avaient de trois à sept ans.

«Ces gestes ne sont pas tolérés par la société», a indiqué la magistrate. Il est aussi interdit au Farnhamien d'entrer en contact avec des mineurs ou de fréquenter des parcs publics pendant 25 ans. Cette dernière condition semble avoir embêté celui qui, jusqu'alors, était en liberté sous conditions.

Après avoir demandé une clarification à la juge concernant le délai de sa sentence, M. Désormiers s'est mis à contester son interdiction de fréquenter des parcs. Un constable spécial présent à ses côtés lui a signifié que son audience était terminée et l'a invité à se diriger vers le box des accusés, antichambre pour la détention.

«Touchez-moi pas!»

C'est à ce moment que le pédophile a fait mine de ne plus vouloir être incarcéré. «Touchez-moi pas, je m'en vais!», a-t-il lancé en faisant un pas de côté. Deux constables spéciaux et deux agents correctionnels se sont aussitôt emparés de lui pour le maîtriser.

«Calmez-vous monsieur et ça va bien aller», a dit l'un d'eux en lui passant les menottes. Le condamné a continué à faire de l'esclandre en chemin vers les cellules, criant notamment «arrêtez de me pousser, je suis encore un humain».

La juge Hélène Fabi, de la Cour du Québec, lui a recommandé un suivi psychiatrique et sexologique. «Il admet sa déviance, mais rien de concret n'a été mis en branle», a-t-elle dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer