Farnham s'entend avec ses cols bleus et blancs

Le maire Josef Hüsler s'est dit heureux du... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le maire Josef Hüsler s'est dit heureux du dénouement des négociations avec les cols bleus et blancs. «On a eu une belle collaboration des employés. Ils ont travaillé avec nous pour trouver une solution. Je pense qu'ils sont contents du résultat.»

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Farnham) Les employés syndiqués de la Ville de Farnham sont sous contrat jusqu'à la fin de 2017. À l'échéance de cette entente, les cols bleus et blancs participeront proportionnellement avec la Ville au financement de leur caisse de retraite.

Les employés syndiqués obtiennent une augmentation salariale globale de 3% échelonnée sur trois ans. Durant cette période, leur participation à leur fonds de retraite augmentera. Elle passera de 5% de leur salaire annuel à 8,92% cette année. La Ville, qui verse maintenant 16,26% du salaire de ses employés syndiqués dans leur fonds de retraite, verra sa participation réduite. Dès le 1er janvier 2018, employés et employeur paieront le même pourcentage, sans que la somme des parts excède 18%.

Les négociations ont été longues, souligne le directeur général, François Giasson. La complexité des pourparlers s'explique par les éléments actuaires à prendre en considération pour toutes les parties, a-t-il dit. «Nos actuaires sont avec nous depuis le début. Ils ont eu à calculer plusieurs hypothèses et à travailler tout ça. Ç'a été long, mais les employés de la Ville ont été très ouverts et ont négocié de bonne foi. On en est très heureux.»

«C'est une belle réussite», a affirmé le maire Josef Hüsler en entrevue en marge de l'assemblée du conseil, lundi soir. «On a eu une belle collaboration des employés. Ils ont travaillé avec nous pour trouver une solution. Je pense qu'ils sont contents du résultat.»

Les quelque 25 cols bleus étaient sans contrat de travail depuis le 30 novembre 2014 alors que la convention collective de leur dizaine de collègues cols blancs est échue depuis le 31 décembre de la même année. La Ville s'était entendue l'année dernière avec ses dix cadres sur la même base.

Contrairement à plusieurs municipalités au Québec, la caisse de retraite des employés de la Ville de Farnham se porte très bien. Au 31 décembre 2013, date de la plus récente évaluation actuarielle, la caisse affichait un surplus de 2 062 300$. La capitalisation du régime, c'est-à-dire ce qu'elle doit payer à ses bénéficiaires, s'élève à 110%.

Entente et loi

Farnham devient une des premières villes québécoises à conclure une entente avec ses employés avant l'entrée en vigueur de la Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal.

Québec donne aux syndicats et aux municipalités jusqu'à la fin de l'année 2019 pour s'entendre sur une répartition des coûts des régimes de retraite (idéalement à 50% -50% entre les deux parties, et au minimum à 45% -55%). Plusieurs syndicats ont saisi la Cour supérieure de l'affaire, plaidant que la loi est inconstitutionnelle.

Par ailleurs, la Ville modifiera dans les prochaines semaines le régime complémentaire de retraite de ses employés retraités. En vertu des modalités du régime, une partie du surplus de la caisse sera versée aux employés qui ont pris leur retraite entre 2005 et 2013. Leurs prestations mensuelles seront ajustées. Collectivement, ils se partageront près de 300 000$.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer