Jeux équestres mondiaux: la chronique de Michel Tassé fait réagir le maire Bonin

Le maire de Granby, Pascal Bonin.... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le maire de Granby, Pascal Bonin.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) La chronique de Michel Tassé dans La Voix de l'Est, samedi, portant sur le manque de passion entourant le projet des Jeux équestres mondiaux de Bromont, a fait réagir le maire de Granby, Pascal Bonin.

«Très beau texte de Michel Tassé et prélude d'un désastre inévitable!!!», a publié Pascal Bonin le 5 mars sur sa page Facebook personnelle. Questionné au sujet des propos tranchés qu'il a tenus sur les réseaux sociaux, M. Bonin s'est expliqué. «J'ai corroboré ce qui s'est dit dans une chronique. Le projet ne fait pas vibrer la population d'aucune façon, a-t-il dit. Et quand un projet ne suscite aucune émotion, il ne peut pas être viable.»

«Dans deux ans, Bromont va accueillir les Jeux équestres mondiaux, le plus gros événement dédié uniquement aux compétitions de chevaux sur la planète. Le Super Bowl des chevaux, disent certains. Le monde aura rendez-vous à Bromont, dans notre région, en août 2018. Ça va être l'fun. Et nous devrions tous être excités. Pourtant, ce n'est pas le cas. Même que c'est loin d'être le cas. Depuis qu'on sait que Bromont présentera les JEM, les embûches se sont succédé sur la route des organisateurs. Et on a l'impression que ce n'est pas fini. (...) Car une grande partie du problème des JEM est là: les Bromontois et les gens de la région, qui aiment pourtant les sports équestres, n'embarquent pas. Et tous les problèmes rencontrés par l'organisation partent de là», peut-on lire dans la chronique de Michel Tassé.

Rencontre

À ce jour, M. Bonin dit ne jamais avoir rencontré les dirigeants du Comité organisateur des Jeux équestres mondiaux (COJEM). Un premier entretien est prévu à la fin mars. «En tant que maire de Granby, c'est quand même paradoxal que je n'aie eu aucune demande [du COJEM] jusqu'ici. On est quand même à deux ans des Jeux équestres. L'équitation, c'est quelque chose d'important dans ma vie personnelle. J'aurais aimé être appelé avant, mais ce n'était pas à moi de faire les premiers pas. Ce n'est pas mon organisation.»

De son côté, le directeur général du COJEM, Luc Fournier, a avoué que la rencontre avec M. Bonin s'est retrouvée au bas de la liste depuis qu'il a amorcé son mandat en septembre 2015. «C'est vrai que je n'ai jamais rencontré le maire de Granby depuis que je suis arrivé, a-t-il concédé. On a eu une machine à remettre en branle. La priorité a été le bail [emphytéotique], l'entente avec la Ville de Bromont, la construction du manège et trouver des sous.»

M. Fournier s'est dit «surpris» du commentaire de Pascal Bonin sur Facebook. «Je m'attendais à ce qu'il se prononce à propos des Jeux équestres après m'avoir rencontré. On fera du "damage control", a-t-il dit. Ça fait partie de mon travail.»

Surprenant...

«C'est une opinion de M. Bonin. Je ne ferai pas de commentaires sur la façon dont il gère sa Ville, son zoo...», a réagi en soirée le maire suppléant de Bromont, Réal Brunelle.

«C'est surprenant de la part d'un maire, a-t-il ajouté. Mais je connais le personnage.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer