Vélodrome couvert : vers de nouvelles pistes

On voit ici Leila Jiamin Ren, une organisatrice,... (Fournie par Nicolas Legault)

Agrandir

On voit ici Leila Jiamin Ren, une organisatrice, Andrew Kasza, ingénieur chez Hatch, Nicolas Legault, directeur général du CNCB et Rabih Choueiry, directeur de compétition.

Fournie par Nicolas Legault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Les dirigeants du Centre national de cyclisme de Bromont (CNCB) pourront compter sur une foule d'idées neuves pour donner un second souffle à l'initiative de vélodrome couvert. En effet, des dizaines d'ingénieurs en devenir planchent sur le projet dans le cadre de la Compétition canadienne d'ingénierie, qui se déroule à Montréal jusqu'au 6 mars.

«Avoir 40 ingénieurs qui travaillent sur le projet du vélodrome. C'est vraiment super!, a lancé en entrevue le directeur général du CNCB, Nicolas Legault, quelques heures avant le lancement du concours pancanadien. Ça me donne une bonne tape dans le dos pour ne pas baisser les bras. C'est évident que ça va aider à faire progresser nos démarches pour que le projet se concrétise.»

En fait, explique-t-il, l'idée de soumettre le projet de vélodrome couvert en tant que sujet lors de la compétition a pris naissance il y a près d'un an. «Un des organisateurs [des épreuves] est un cycliste aguerri. Il a toujours rêvé d'un vélodrome couvert ici. Il m'a contacté pour me dire qu'il voulait m'aider à trouver des solutions pour que le projet coûte le moins cher possible en respectant l'environnement. Ça m'a allumé tout de suite.»

Rappelons que les dirigeants du CNCB ont récemment essuyé un refus par Québec de leur la demande de subvention de 2,6 M$, dans le cadre du Programme de soutien aux installations sportives et récréatives - phase III. Le coût estimé pour couvrir le vélodrome est de 4,8 M$. Or, le programme disposait d'une enveloppe globale de 50 M$. Selon Nicolas Legault, 110 projets ont été retenus. «Le constat dans tout ça, c'est que notre budget était trop élevé comparativement à ce que pouvait donner le gouvernement. La subvention la plus haute [octroyée] est de 1,2 M$. Elle servira pour un terrain [de soccer] synthétique à Sherbrooke», avait-il mentionné à La Voix de l'Est.

Critères

Au total, plus de 150 participants prendront part à la compétition, qui se déroule du 3 au 6 mars. «C'est très relevé. On regroupe vraiment les meilleurs [candidats] de partout au pays», a indiqué Mitch Dumont, un des organisateurs.

Les compétiteurs seront répartis dans sept catégories: conception séniore et junior, design innovateur, communication scientifique, débats oratoires, réingénierie et génie-conseil.

Cette dernière sera la classe dans laquelle sera étudié le projet de vélodrome. «Des équipes de quatre étudiants doivent trouver la meilleure solution à un problème de grande envergure. Ils doivent considérer les impacts sociaux, économiques, environnementaux, et politiques de la solution, qui sera présentée aux juges représentant des clients potentiels», stipule le site de l'événement.

Nicolas Legault sera un des trois juges dans cette catégorie. «J'ai bien hâte de voir les idées innovatrices qui seront présentées. Vraiment, la compétition tombe à point pour relancer le projet!», a-t-il lancé au bout du fil, vendredi. Les participants seront notés, entre autres, sur l'innovation, la faisabilité technique et l'analyse financière de la solution mise de l'avant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer