Saint-Pie: un projet de centre communautaire dans les cartons

L'aire de stationnement du centre sportif serait utilisée... (Janick Marois)

Agrandir

L'aire de stationnement du centre sportif serait utilisée pour construire le nouveau centre communautaire.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Saint-Pie) La localité de Saint-Pie est aux prises avec deux problèmes de taille: elle perdra son centre communautaire d'ici quelques mois et l'école primaire au Coeur-des-Monts est au maximum de sa capacité. Pour remédier à la situation, la Ville veut agrandir le centre sportif afin d'y aménager des locaux multifonctionnels. Le projet est estimé par la municipalité à 1,2 M$.

«C'est important pour nous de garder nos élèves ici et d'offrir le plus de services possible à la population. Le centre communautaire en fait partie. On a un gros défi sur les bras dans les deux cas. Il faut avancer rapidement dans le dossier. On a le couteau sur la gorge pour septembre 2017», a illustré le directeur général de Saint-Pie, Claude Gratton.

Pour l'année scolaire en cours, l'école primaire compte 497 élèves. La commission scolaire de Saint-Hyacinthe prévoit qu'une soixantaine d'étudiants s'ajouteront au cours des trois prochaines années, a indiqué Sagette Gagnon, responsable des communications pour l'organisation. «Le projet d'agrandissement est bel et bien dans le collimateur. En ce moment, l'école n'a pas besoin de locaux supplémentaires. Mais dès l'an prochain, on devra utiliser la salle Dutailier [du centre sportif] pour accueillir des élèves», a-t-elle précisé. Advenant que l'initiative de la Ville ne voie pas le jour, les jeunes pourraient être déplacés vers un établissement d'enseignement situé à 20 kilomètres, a mentionné Mme Gagnon.

Ainsi, la municipalité planche sur un projet d'agrandissement de 8000 pieds carrés. L'aire de stationnement attenante au centre sportif, située à l'angle de la rue Panet et de l'avenue Garneau, serait utilisée pour ériger le bâtiment.

Comme le «fonds de terrain», d'une valeur estimée à 53 000 $, appartient à la commission scolaire de Saint-Hyacinthe, celle-ci a résolu de le céder à la Ville. En contrepartie, la municipalité s'engage à «construire deux locaux de classe dans la nouvelle section du centre communautaire».

Études

Le mandat de l'étude préliminaire du projet d'agrandissement a récemment été confié, de gré à gré, à la firme maskoutaine d'architectes ACDF, a indiqué M. Gratton. L'entreprise a notamment pris part au projet de centre aquatique de Saint-Hyacinthe.

En ce qui concerne le transfert du terrain à la Ville, le dossier est présentement analysé par la Société québécoise des infrastructures (SQI), a confirmé le porte-parole de l'organisation, Martin Roy.

 De son côté, Saint-Pie doit effectuer une recherche de titre de propriété à la demande de l'organisme parapublic. Le coût de la démarche s'élève à 4600 $. La Ville assumera la moitié de la facture, tandis que la commission scolaire défraiera la part restante, a fait valoir M. Gratton.

Selon le dg, le terrain en question appartient à la Fabrique de l'église Saint-Pie, située tout près du centre sportif. La commission scolaire aurait un «usufruit» sur le site, lui permettant de l'utiliser sans qu'elle en soit la détentrice au sens légal. «La SQI veut régulariser la situation», a dit M. Gratton. Pour sa part, Martin Roy a indiqué que la SQI devrait faire le suivi du dossier auprès des deux parties «au cours des prochaines semaines».

Bibliothèque

Outre l'aménagement du nouveau centre communautaire dans le bâtiment contigu à l'établissement sportif, la Ville envisage également d'y rapatrier la bibliothèque municipale. «On est locataire pour le centre communautaire. C'est la même chose pour la bibliothèque municipale, rue Notre-Dame. On doit évaluer si on y va avec un bâtiment d'un ou deux étages. Avec une plus grande surface, on pourrait intégrer les deux services en un seul endroit, et on paierait une seule hypothèque. Reste à voir à quel point la deuxième option ferait gonfler la facture. On ne pourrait pas se permettre un immeuble de trois à quatre millions.»

À ce jour, la Ville estime le projet à 1,2 M$. La municipalité mise sur l'aide financière de Québec pour boucler le budget. «Sans subvention, le projet ne pourra pas aller de l'avant. On souhaite que le gouvernement provincial assume la moitié des coûts, a soutenu M. Gratton. On a ciblé le programme d'infrastructures Québec-municipalités (PIQM) pour obtenir les fonds nécessaires.»

L'actuel centre communautaire pourrait tomber sous le pic... (Janick Marois) - image 2.0

Agrandir

L'actuel centre communautaire pourrait tomber sous le pic des démolisseurs dès juillet.

Janick Marois

Habitat St-Pie dans l'incertitude

L'imposant bâtiment qui abrite l'actuel centre communautaire, situé rue de la Présentation, pourrait tomber sous le pic des démolisseurs dès juillet prochain. Ceci notamment parce que l'immeuble ne répond pas aux normes de sécurité. Habitat St-Pie tente de trouver une solution pour dénouer l'impasse.

« Ce n'est pas de gaieté de coeur qu'on prendrait la décision de démolir le bâtiment. On a tellement souhaité conclure une entente avec la Ville pour sauver l'immeuble. Mais ils [la municipalité] ne sont pas prêts à mettre l'argent pour le faire. C'est comme une claque en plein visage qu'on reçoit», a imagé le directeur d'Habitat St-Pie, François Tétreault.

Selon lui, la Régie du bâtiment et le service des incendies de Saint-Pie ont tour à tour inspecté l'endroit au cours des derniers mois.

Le directeur général de la Ville, Claude Gratton, avait mentionné à La Voix de l'Est en septembre que « la structure de la bâtisse est très bonne. Il est principalement question d'installation de gicleurs et de murs coupe-feu. Selon les devis d'architecte, on en a pour 500 000 $ pour que tout soit conforme. Et construire un nouvel immeuble coûterait plusieurs millions de dollars. Mais on n'a pas le budget dans un cas comme dans l'autre. »

De son côté, M. Tétreault estime plutôt la facture de la mise à niveau à 750 000 $.

Au cours des derniers mois, trois organismes communautaires qu'abritait l'immeuble ont dû emménager dans des locaux temporaires à Saint-Pie. Il s'agit du Centre de la famille, de la FADOQ et des Chevaliers de Colomb.

Le bail de la Ville est valide jusqu'au 30 juin. « Après cette date, je ne sais pas encore ce qu'on va faire. On pourrait placarder l'immeuble en attendant de trouver une solution, a indiqué le directeur de l'organisme sans but lucratif. Si on choisit la démolition, on voudrait construire un bâtiment pour personnes âgées. Encore là, ça demanderait une somme très importante. Et sans aide financière, ce sera très difficile de réaliser un projet comme ça. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer