Famille à la rue: la solidarité en réponse

L'incendie accidentel de la rue Massé, mercredi soir,... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

L'incendie accidentel de la rue Massé, mercredi soir, a soulevé un mouvement de solidarité envers la mère monoparentale de trois enfants.

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Un mouvement de solidarité s'est organisé sur le réseau social Facebook, au lendemain de l'incendie qui a détruit une bonne partie des biens d'une famille de Granby, qui habitait la rue Massé. Une amie de la mère monoparentale a lancé un appel à l'aide pour trouver vêtements, meubles, fournitures d'écoles et accessoire de toutes sortes.

Selon cette amie, la famille aurait tout perdu dans l'incendie qui s'est déclaré dans une chambre en fin d'après-midi mercredi. L'avertisseur de fumée s'est déclenché alors que la mère préparait le souper. Le garçon de 5 ans et ses soeurs de 7 et 10 ans ont remarqué qu'il y avait de la fumée noire près de l'une des chambres, celle du plus jeune.

Le jeune garçon ne dormait plus dans sa chambre, qui servait de lieu d'entreposage de boîtes en attendant le déménagement du 1er juillet, explique Pierre Lacombe, directeur général du service incendie de Granby.

Sans plus attendre, la dame a fait sortir les enfants par la porte-fenêtre qui donne accès au terrain. Elle est retournée à l'intérieur et a tenté d'éteindre le brasier avec une couverture mouillée avant de ressortir.

«Très peu d'indices»

Le feu a littéralement tout détruit dans la pièce et les dommages sont importants dans le logement. «J'ai très peu d'indices présentement pour comprendre ce qui est arrivé dans cette chambre-là, rapporte M. Lacombe. C'est un feu de contenu et non un feu de structure.» Il conclut à un incendie accidentel.

Les dommages s'élèvent à environ 50 000$, soit au niveau du logement d'origine et de deux autres appartements contigus. Les locataires de quatre logements, dont un appartement qu'il faudra nettoyer des dommages causés par la fumée, ont été pris en charge par la Croix-Rouge.

La mère monoparentale est heureusement assurée. Le mouvement de solidarité a tout de même enflammé les réseaux sociaux. De nombreuses personnes se sont portées volontaires pour aider la «maman dévastée et démunie», peut-on lire sur la publication Facebook. Celle-ci a suscité plus d'une soixantaine de commentaires et au-delà de 125 partages.

Ce n'est pas la première fois que cet immeuble de 32 logements est touché par un incendie. En mars 2011, un brasier avait jeté à la rue une cinquantaine de personnes. Un feu de cuisson avait causé des dommages à une vingtaine de logements.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer