Parc Pelletier: un plan B pour la fontaine

Le deuxième appel d'offres pour la fourniture d'une... (photo Alain Dion)

Agrandir

Le deuxième appel d'offres pour la fourniture d'une fontaine a été annulé, faute de soumissions. Mais un plan B a été élaboré dit le maire, Pascal Bonin.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Nouvel écueil pour le projet de réaménagement du parc Pelletier à Granby. Le deuxième appel d'offres pour la fourniture d'une fontaine a été annulé, faute de soumissions. Mais un plan B a été élaboré, de sorte que le projet n'est pas compromis, a affirmé mardi le maire Pascal Bonin.

«On va prendre une des oeuvres d'art prévues pour le parc et on va la transformer en fontaine. Ça va donner quelque chose de très artistique, très unique. On utilisera les services d'un ingénieur pour la partie mécanique. Ça risque même de coûter moins cher. Le plan B est loin d'être mauvais», a avancé le maire.

Le parc Pelletier, triangle de verdure au coeur des rues Principale, Robinson Sud et Desjardins Sud, profitera d'une cure de rajeunissement de 600 000$ en 2016. La thématique des oiseaux doit y être déployée. L'objectif: attirer la faune ailée et en faire un lieu propice à l'observation d'oiseaux et à la relaxation des citoyens.

À ce jour, le projet tarde toutefois à lever. Un premier appel d'offres de services professionnels pour la conception et la fourniture de la fontaine a été annulé le mois dernier. Aucune soumission n'a été déposée. Le budget estimé pour la réalisation du projet a alors été haussé de 200 000$ à 275 000$, dans le cadre d'un deuxième appel d'offres. Mais, visiblement, cela n'a pas encouragé davantage les entreprises à déposer une soumission.

Plus d'intérêt

Le concours d'oeuvres d'art lancé par la Ville en décembre dernier auprès des artistes de la région n'a pas eu plus de chance. Un seul dossier de candidature a été déposé. Ce dernier visait la réalisation de deux des sept oeuvres (les oeufs, les maisons d'oiseaux - avec ou sans poteaux -, l'hôtel d'insecte, l'envol, la murale et les bancs de mosaïque) souhaitées.

Un nouveau concours, élargi cette fois-ci aux artistes sculpteurs de la province, a donc été annoncé à la mi-février. La date limite pour déposer sa candidature a été fixée au 15 mars. «J'ai eu plus de questions. Je suis plus confiante», a affirmé mardi la contremaître parcs et terrains de jeux au service des travaux publics à la Ville et responsable du projet de réaménagement du parc, Danielle Saint-Jean.

Selon elle, c'est l'oeuvre baptisée l'Envol, la plus majestueuse du groupe, qui pourrait être transformée en fontaine. «On espère recevoir des offres intéressantes qui vont nous permettre d'avoir un choix. Et comme on va avoir une idée plus claire de la fontaine, ça devrait être plus simple pour les ingénieurs», glisse-t-elle.

Pascal Bonin croit qu'un constat s'impose à la suite de cet exercice. «La morale de l'histoire, c'est qu'être la ville des parcs et des fontaines en 2016, c'est très dispendieux», dit-il.

Malgré cela, il n'est pas question de faire une croix sur l'aménagement d'une fontaine au parc Pelletier. Ce dernier en a toujours compté une, dit-il, jusqu'à ce que le sarcophage romain, qui faisait office de bassin d'eau, démontre des signes avancés de détérioration.

Dans les circonstances, le maire affirme que les employés municipaux se sont montrés «extrêmement ingénieux et dynamiques». «C'est grâce à leur travail que les choses peuvent se réaliser. (...) L'aménagement du parc va être le résultat de l'effort de groupe», estime Pascal Bonin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer