Projet de gymnase à l'école Saint-Romuald: une décision d'ici quelques semaines

Le sous-sol de l'école Saint-Romuald à Farnham, malgré... (photo janick marois, archives la voix de l'est)

Agrandir

Le sous-sol de l'école Saint-Romuald à Farnham, malgré la présence de plusieurs colonnes, sert notamment de gymnase aux élèves.

photo janick marois, archives la voix de l'est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Farnham) Toujours en attente d'une décision de Québec, Farnham et la commission scolaire du Val-des-Cerfs sauront d'ici quelques semaines si leur projet de construire un gymnase à l'école St-Romuald sera accepté.

L'acceptation ou le refus sera communiqué aux demandeurs, a indiqué hier Bryan Saint-Louis, porte-parole du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur. «Le Ministère va faire connaître ses décisions dans quelques semaines», a-t-il dit en entrevue. La date des annonces n'est pas connue, a-t-il précisé.

Joint un peu plus tôt, le président de la CSVDC, Paul Sarrazin, avait été informé que la décision était pour bientôt. «On pourrait avoir des nouvelles en matière d'éducation. Mais on ne sait pas lesquelles», a-t-il dit hier en entrevue. «Personne ne dit rien à personne dans ce dossier. On va se croiser les doigts pour que ça soit positif pour Saint-Romuald.»

M. Sarrazin croit que les annonces pourraient coïncider avec le dépôt du budget prévu au mois de mars.

Le projet, imaginé en 2012 par la CSVDC, propose un gymnase de deux plateaux. Les plans et devis finaux du bâtiment estimé à 1 378 000$ ont été remis au ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur en juin. La Ville s'est engagée depuis le début à y injecter 400 000$ tandis que la défunte coopérative ambulancière de Farnham investirait 100 000$. Le Ministère paierait le reste dans le cadre d'un programme sur les infrastructures éducatives.

M. Sarrazin a abordé la question mardi avec le député de Brome-Missisquoi, Pierre Paradis. Ce dernier ignore quelle sera la décision du MEES, a dit le président de la CSVDC.

Des fonctionnaires du Ministère auraient mis en garde la commission scolaire et la Ville d'exercer trop de pression dans ce dossier, notamment en communiquant avec eux trop souvent, a indiqué M. Sarrazin. Il a reconnu que les élus doivent les laisser travailler. «On a modéré nos interventions. Mais je m'attends à ce que le Ministère nous informe du cheminement des projets qu'on lui présente. Nous avons des assemblées publiques et les gens nous posent des questions sur ces projets. C'est légitime que nous en posions aux fonctionnaires pour pouvoir informer les citoyens.»

Faire sa part

Chose certaine, l'attente devient insupportable pour le maire Josef Hüsler. La Ville a fait sa part, a-t-il dit. Il est temps que le gouvernement fasse la sienne, soutient-il. «C'est vraiment décevant. On est dans la brume. Peut-on mettre nos pieds par terre et prendre une décision? Peut-on donner à nos jeunes à Saint-Romuald un gymnase qui a de l'allure?»

Las de toute cette situation, M. Hüsler en est à considérer une nouvelle proposition qui ferait que la Ville financerait la part de Québec et que le gouvernement rembourserait le tout sur 15 ou 20 ans. «À un moment donné, il faut qu'on avance», affirme-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer