Quand l'expérience change tout

«J'ai dirigé de bonnes équipes, mais j'ai rarement... (PHOTO ARCHIVES LA VOIX DE L'EST)

Agrandir

«J'ai dirigé de bonnes équipes, mais j'ai rarement eu autant de plaisir avec une troupe», a noté l'entraîneur des Inouk du basket féminin, John Van Doorn.

PHOTO ARCHIVES LA VOIX DE L'EST

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) John Van Doorn s'attendait à ce que ses Inouk du basket féminin connaissent une bonne saison. Mais il ne s'attendait jamais à ce qu'elles se retrouvent avec une fiche de 10 victoires et trois défaites après 13 matchs.

«Les choses vont vraiment bien et je suis fier des filles, affirme Van Doorn. On a du talent, c'est vrai, mais l'expérience fait une énorme différence. Miser sur des filles de deuxième et de troisième années, des filles qui ont du vécu, ça change tout.»

Van Doorn donne l'exemple du match de dimanche dernier, à Victoriaville. C'était l'égalité à la mi-temps et les Inouk ne jouaient pas du gros basket défensivement parlant. Les Granbyennes l'ont finalement emporté par 28 points.

«Les filles savaient qu'elles ne jouaient pas bien, mais elles n'ont jamais paniqué et elles se sont ajustées. Je leur en ai parlé, mais je pense que je n'aurai même pas eu besoin de le faire, car elles savaient très bien qu'elles pouvaient faire mieux. L'expérience, c'est ça.»

Van Doorn aime aussi le fait que tout le monde fait sa part au sein de son équipe.

«On ne sait jamais de qui les points vont venir, on ne sait jamais qui est-ce qui va prendre la pression sur ses épaules. J'adore ça!»

 Cinq filles sur le départ

Les Inouk ont rendez-vous avec les Électriks du Collège Shawinigan, vendredi soir, à domicile. Et puisqu'il s'agira du dernier match à domicile et du calendrier régulier des Granbyennes, cinq joueuses disputeront leur dernière partie devant leurs partisans, leurs parents et leurs amis. Il s'agit de Sarah Vincent, Élodie Fontaine, Natasha Gosselin, Mathilde Campbell et Rachel Bujold.

«Les filles méritent qu'on vienne les applaudir et qu'on les salue une dernière fois, insiste Van Doorn. J'espère que les amateurs seront nombreux.»

Les Inouk sont déjà assurés de participer au championnat régional, qui auront lieu à Chicoutimi. Mais voilà que les succès de l'équipe font en sorte que Van Doorn et ses joueuses ont commencé à rêver au championnat provincial, qui sera disputé à Drummondville.

«Tout devient possible, lance le vétéran entraîneur. Cette équipe a du talent, du coeur et de l'expérience. On peut certainement se permettre de rêver de participer à l'événement.»

Van Doorn a amené ses Inouk quatre fois au championnat provincial, lui qui en est à sa 14e saison comme entraîneur au niveau collégial. Il n'a toutefois jamais remporté le titre ultime.

«J'ai dirigé de bonnes équipes, mais j'ai rarement eu autant de plaisir avec une troupe.»

Les Inouk du basket masculin, qui jouaient à Lennoxville mercredi soir, disputeront aussi leur dernier match du calendrier régulier vendredi en affrontant les Électriks. En vertu de leur dossier de trois victoires et neuf défaites avant leur arrêt à Lennoxville, ils sont toutefois écartés des séries éliminatoires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer