Marché public: Bromont sonde ses citoyens

À l'instar de Granby, Bromont compte avoir un... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

À l'instar de Granby, Bromont compte avoir un marché public sur son territoire. Le projet pourrait voir le jour dès le printemps 2017.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) La municipalité de Bromont prend actuellement le pouls de ses citoyens au sujet de l'implantation d'un marché public sur son territoire. Cette démarche s'inscrit dans le cadre de l'étude de faisabilité du projet, qui pourrait voir le jour au printemps 2017.

«C'est un projet très mobilisateur et on y croit», a réitéré le directeur général de Bromont, Jean Langevin. De fait, les élus avaient autorisé, lors de la séance du conseil du 11 janvier, une demande d'aide financière pour une analyse de faisabilité dans le cadre du pacte Brome-Missisquoi (anciennement le pacte rural).

Il s'agissait d'une requête avoisinant 2500$, a précisé M. Langevin. Bromont disposait d'une enveloppe globale de 28 874$, mais le projet concernant le marché public n'a pas été «recommandé» par la MRC lors de la séance du comité régional du 15 février.

La démarche ira néanmoins de l'avant, a confirmé le directeur général. D'ailleurs, la réalisation d'une analyse de faisabilité figure parmi les initiatives en développement durable que compte mettre de l'avant Bromont.

«On n'a pas les sommes qu'on souhaitait. Mais on avait déjà alloué au budget 2016 un montant de 5000$ [pour l'étude]. Le projet n'était pas conditionnel à l'obtention de la subvention.»

Agriculture urbaine

Le marché public serait au coeur du village, avait précisé à La Voix de l'Est M. Langevin en janvier. Selon celui-ci, le marché serait une «très belle vitrine» pour les produits locaux.

«Comme le projet s'inscrit dans le plan de développement durable de Bromont, on voudrait l'intégrer dans un contexte d'agriculture urbaine. On veut y présenter des produits locaux. On a quand même 50% de notre territoire zoné vert (agricole). Certaines personnes pourraient être intéressées à cultiver des carrés de terre inexploités chez certains propriétaires», a-t-il indiqué.

Les denrées émanant d'un éventuel jardin communautaire à Bromont pourraient également trouver une place de choix au sein du lieu public de vente. «On pourrait avoir un présentoir pour les produits cultivés dans ce type de jardin, a mentionné M. Langevin. Ce serait aussi une belle façon de sensibiliser les plus jeunes aux bienfaits de la terre.»

Sondage

Afin de connaître, entre autres, l'intérêt des Bromontois pour un marché public, la Ville vient de lancer un sondage en ligne. Le formulaire électronique est disponible via le site de la municipalité, dans la section loisirs et culture (bromont.net/loisirs-et-culture/sondage-marche-public).

Le questionnaire servira notamment à dresser le portrait des visiteurs potentiels, de leurs habitudes de consommation, de leur fréquentation de ce genre d'endroit ainsi que des types de produits recherchés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer