Saint-Paul-d'Abbotsford: l'entreprise du maire mise à l'amende

Le constat d'infraction a été émis parce que... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le constat d'infraction a été émis parce que des travaux de démolition complémentaires ont été effectués sur le terrain de l'ancienne Résidence du Verger sans qu'un permis ne soit délivré.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Saint-Paul-d'Abbotsford) Les immeubles Mont Quartier, la société en nom collectif cofondée par le maire de Saint-Paul-d'Abbotsford Jacques Viens et l'entrepreneur Jean-Roch L'Heureux, est mise à l'amende. Des travaux ont été effectués sans permis sur le terrain de l'ancienne Résidence du Verger.

Rappelons que le duo d'hommes d'affaires a acquis la résidence en octobre dernier pour la convertir en immeuble à logements. Or, la désuétude du bâtiment n'a laissé d'autre choix aux entrepreneurs que de le démolir pour éventuellement ériger à la place deux immeubles de huit logements, un projet évalué à 2,5 millions $.

Aucun changement de zonage ou de réglementation n'est nécessaire, mais des permis étaient requis pour mettre à terre le bâtiment et d'autres structures à proximité.

Selon le directeur général, Daniel-Éric St-Onge, la démolition de l'ancienne résidence pour personnes âgées n'est d'ailleurs pas en cause. «L'entreprise avait un permis de démolition pour le bâtiment principal, mais pas pour des travaux complémentaires qui en auraient nécessité un aussi», explique-t-il.

C'est un citoyen qui a contacté la municipalité à ce propos. Une enquête a permis de constater qu'une infraction avait bel et bien été commise. Le constat a été émis au cours des derniers jours. Une amende de 500 $, plus les frais, porte à 641 $ la note dont doit s'acquitter la société enregistrée en septembre.

Mauvaise communication

Lors d'un entretien téléphonique lundi, le maire Viens s'est montré désolé de la situation et en assume pleinement les conséquences. «Ça ne nous fait pas plaisir, mais c'est arrivé», dit-il. Le paiement de l'amende est en voie d'être effectué, confirme-t-il.

Une mauvaise communication entre les deux associés serait à l'origine de l'infraction, estime M. Viens. «Je devais me charger d'obtenir les renseignements et les permis à l'hôtel de ville. J'ai été très pris et à la Ville, on était occupés avec d'autres dossiers. Entre-temps, l'entrepreneur en démolition est arrivé plus tôt que prévu et mon associé croyait qu'on avait déjà les permis. Il voulait bien faire», explique le maire.

«Quand j'ai su que les travaux avaient commencé, je me suis précipité pour tout arrêter, mais [le mal] avait déjà été fait», poursuit-il, ajoutant que tous les permis nécessaires ont depuis été obtenus auprès de Saint-Paul-d'Abbotsford.

Tant la municipalité que le maire Viens soutiennent qu'aucun traitement de faveur ne lui a été accordé. «Que je sois maire ou pas, je ne veux pas être un délinquant, affirme l'élu. Une infraction a été commise. Si j'ai affaire à avoir un ticket, j'en ai un. Je ne veux pas avoir de passe-droit.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer