L'«aidante fraudeuse» arrêtée... en prison

Sylvie Desroches n'en a pas fini avec la... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Sylvie Desroches n'en a pas fini avec la justice. De nouvelles accusations de fraude et de bris de condition ont été déposées contre la Granbyenne.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Célèbre pour avoir volé une dame âgée chez qui elle oeuvrait comme aidante à domicile, une femme de Granby fait face à de nouvelles accusations.

Le ministère public reproche à Sylvie Desroches, 51 ans, d'avoir commis une fraude et trois bris de condition en janvier 2015. Il n'a pas été possible d'avoir plus d'information concernant les infractions reprochées.

Comme la quinquagénaire purge déjà une peine pour des crimes similaires, la nouvelle lui a été signifiée en détention. Représentée par Me Geneviève Cardin, l'accusée est revenue devant la cour lundi pour l'étape de son enquête préliminaire.

Dossiers

Mme Desroches avait été condamnée à 11 mois de prison suivis de 30 mois de probation, en juillet dernier, pour deux dossiers.

Dans le premier, elle s'était emparée de 16 717$ appartenant à une dame de 86 ans et à son fils, atteint d'une légère déficience mentale, chez qui elle se rendait à l'occasion pour faire du ménage et préparer des repas. Femme à la forte personnalité, «manipulatrice très habile» selon la soeur d'une des victimes, elle s'était débrouillée, au début de 2014, pour obtenir leurs informations bancaires, usurper leur identité et faire de nombreux achats.

Il y a un an, Mme Desroches a aussi été accusée dans un autre dossier de vol, fraude et recel d'un montant de 1500$. Elle a plaidé coupable à toutes ces accusations, pleurant à chaudes larmes à chaque comparution.

Déboires

Pour sa défense, son ancien avocat Me Serge Michon avait mentionné à la cour que sa cliente «regrettait amèrement» et qu'elle s'excusait auprès des victimes. L'accusée, avait-il dit, souffrait de problèmes de santé. Elle ne pouvait cependant rembourser ses victimes, n'ayant pas les fonds nécessaires. La publication de ses déboires judiciaires aurait nui à sa recherche d'emploi.

Hormis les crimes précités, Sylvie Desroches possède des antécédents judiciaires de vol, fraude, méfait public et conduite avec les facultés affaiblies.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer