Réaménagement du parc Pelletier: le projet tarde à lever

Le projet de réaménagement du parc Pelletier à... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le projet de réaménagement du parc Pelletier à Granby se révèle plus complexe que prévu. L'appel d'offres et le concours d'oeuvres d'art lancés dans le cadre de ce projet ont été boudés.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Le projet de réaménagement du parc Pelletier à Granby tarde à prendre son envol. L'appel d'offres et le concours d'oeuvres d'art lancés dans le cadre de ce projet ont été boudés.

Personne n'a répondu à l'appel d'offres pour les services professionnels pour l'aménagement d'une fontaine qui fera office de bain d'oiseaux. Neuf entreprises se sont bien procuré les documents du projet, mais aucune soumission n'a été déposée.

Raison évoquée: le budget estimé n'est pas assez élevé pour la réalisation du projet. «À 200 000$, on savait que c'était bas. On a le droit de s'essayer. Mais ça n'a pas marché. On remonte le montant et on élargit l'appel d'offres. On va sûrement avoir plus de soumissionnaires», a commenté le maire Pascal Bonin.

Le parc Pelletier, triangle de verdure au coeur des rues Principale, Robinson Sud et Desjardins Sud, profitera d'une cure de rajeunissement de 600 000$ en 2016. La thématique des oiseaux y sera déployée. L'objectif: attirer la faune ailée et en faire un lieu propice à l'observation d'oiseaux et à la relaxation des citoyens.

Oeuvres d'art

Dans cet esprit, la Ville a également lancé en décembre dernier un concours d'oeuvres d'art auprès des artistes de la région afin d'obtenir la réalisation de sept oeuvres distinctes, représentant chacune une catégorie: les oeufs, les maisons d'oiseaux (avec ou sans poteaux), l'hôtel d'insecte, l'envol, la murale et les bancs de mosaïque.

Les dossiers de candidature pouvaient être déposés jusqu'au 22 janvier. Mais encore là, il n'y a pas eu foule. «On a reçu une seule offre», a laissé tomber la contremaître parcs et terrains de jeux au service des travaux publics à la Ville, Danielle Saint-Jean. Responsable du projet, cette dernière précise que le dossier présenté vise deux des sept oeuvres souhaitées.

Mme Saint-Jean ne cache pas sa déception. La période relativement courte accordée aux artistes pour remettre leur dossier - qui coïncidait par ailleurs avec la période des Fêtes - explique peut-être le faible engouement pour le concours, avance-t-elle.

Résultat: la Ville va probablement lancer un nouveau concours, mais cette fois-ci à l'échelle de la province. «On souhaite quand même avoir nos oeuvres», dit la contremaître.

Deux des sept oeuvres du parc Pelletier pourraient néanmoins avoir une touche locale puisque l'unique dossier présenté à la Ville a fait l'objet d'une recommandation favorable au conseil municipal. «Ça correspondait à nos critères. On a demandé au conseil pour que ça soit accepté. On va voir ce qu'il va dire», dit Danielle Saint-Jean.

Toilette publique

Également inclus dans le réaménagement du parc, l'ajout de toilettes publiques au bâtiment existant, soit celui occupé par la Chambre de commerce Haute-Yamaska et région, a été entériné par le conseil municipal en début de semaine. La facture de ces travaux, réalisés par les Travaux publics, a été estimée à 42 000$.

Selon le maire Bonin, les toilettes seront aménagées dans une pièce qui fait actuellement office de pièce à débarras. D'où les coûts limités.

L'édifice, propriété de la Ville, pourrait par ailleurs accueillir un nouveau locataire à vocation commerciale, avance le maire, car la chambre de commerce a annoncé qu'elle ne renouvellera pas son bail. «Il y a autre chose qui se prépare...», a lancé Pascal Bonin sans entrer dans les détails.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer