Immeuble de 10 étages au centre-ville: le dossier est sur la voie rapide

Le projet de Réseau Sélection, qui souhaite implanter... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le projet de Réseau Sélection, qui souhaite implanter un complexe résidentiel pour retraités à Granby sur le site de l'ancienne usine Hafner, est sur la voie rapide, dit le maire Pascal Bonin.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Annoncé à la veille de Noël, le projet de l'entreprise Réseau Sélection, qui permettrait la construction d'un immeuble de 10 étages au centre-ville de Granby, bouge rapidement. Le dossier est sur la «fast track (voie rapide)», a affirmé le maire Pascal Bonin.

À preuve, le projet a fait l'objet d'une assemblée publique de consultation lundi à 18 h 30, juste avant la séance ordinaire du conseil. Du rarement vu à l'hôtel de ville. Généralement, les assemblées publiques de consultation se déroulent plutôt en milieu de semaine, en présence de quelques représentants de la Ville et non du conseil en entier. Une exception justifiée par la volonté des entrepreneurs d'aller de l'avant avec leur projet sur le site de l'ancienne usine Hafner, à l'angle des rues Racine et Saint-Charles Sud, et le désir de la Ville d'offrir une bonne collaboration, a fait valoir Pascal Bonin.

Deux représentants de Réseau Sélection étaient d'ailleurs présents lundi soir, mais ils n'ont effectué aucune intervention publique. Chose certaine, le projet, qui permettrait la construction de 300 unités de logement pour retraités en deux phases, semble ne laisser personne indifférent, car plusieurs résidants se sont déplacés à l'hôtel de ville pour la consultation publique.

Étonnamment, seul un citoyen, l'architecte Denis Favreau, promoteur immobilier dans le secteur, a demandé un complément d'informations, notamment sur la présence d'un Plan d'implantation et d'intégration architecturale (PIIA). Plan qui est effectivement en préparation, a confirmé l'urbaniste à la Ville, Yani Authier.

Intimidés?

«Je ne sais pas si la présence des élus a intimidé les citoyens. Mais ce n'était pas ça le but, a avancé le maire, au terme de la séance du conseil, pour justifier la réserve des citoyens. (...) Je me disais qu'en étant là, le conseil ne pourrait pas se faire dire qu'il n'a pas entendu les récriminations des citoyens.»

La Ville a entrepris des démarches pour modifier le zonage de façon à permettre la construction d'un immeuble de 10 étages au centre-ville. Actuellement, la hauteur maximale des bâtiments pour les zones adjacentes à la rue Principale dans ce secteur varie de quatre à six étages.

Selon la documentation transmise aux élus, dont les médias ont obtenu copie, Réseau Sélection a d'abord prévu construire un premier édifice de quatre étages (202 unités de logement), avec des commerces liés aux soins de santé au rez-de-chaussée. Ce long bâtiment en forme de L longerait les rues Racine et Saint-Charles Sud. L'immeuble de 10 étages, projeté dans une deuxième phase, serait aménagé au coeur du bâtiment initial.

La nouvelle de ce projet, qui pourrait générer des investissements avoisinant 45 millions$, a surpris les citoyens, croit Pascal Bonin. «On apporte un élément d'une grande ville, alors que plusieurs pensent qu'on est encore une petite ville. Mais on est rendus là», dit-il.

Celui-ci tient aussi à se faire rassurant sur l'allure du projet. «Il ne faut pas penser qu'on va avoir un pan de mur sur le bord du trottoir. Il y a un recul avec la rue. L'aspect visuel est dilué», souligne le maire.

À ses yeux, la densification du centre-ville ne pourra qu'être bénéfique, en particulier pour les commerçants. «Ce qui fait vivre les commerces de proximité, ce sont les résidants de proximité», dit-il.

Registre

Les résidants du secteur qui voudraient néanmoins manifester leur opposition au projet pourront déposer, d'ici le 11 février, une requête aux services juridiques de la Ville afin de réclamer la tenue d'un registre, a expliqué la directrice des services juridiques, Catherine Bouchard.

Un avis public est d'ailleurs publié dans nos pages mercredi afin de préciser les zones visées, de même que le nombre de signatures requises pour permettre la tenue du registre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer