SQ en Haute-Yamaska: Chantale Doyon succède à Jocelyn Desrochers

La nouvelle directrice du poste de la Sûreté... (Photo Janick Marois)

Agrandir

La nouvelle directrice du poste de la Sûreté du Québec en Haute-Yamaska, la lieutenante Chantale Doyon.

Photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Waterloo) Changement de garde à la direction du poste de la Sûreté du Québec en Haute-Yamaska. La lieutenante Chantale Doyon, qui cumule 20 ans de service au sein du corps policier, succède à Jocelyn Desrochers qui a récemment pris sa retraite.

La nouvelle directrice est entrée en fonction le 8 janvier au poste de la SQ situé à Waterloo à la suite du départ du lieutenant Desrochers, qui a occupé ce poste pendant 14 ans. «On en a profité pour échanger de l'information. On a beau dire qu'on fait le même travail, mais d'un poste à l'autre, il y a parfois des petites choses qui diffèrent», explique la lieutenante Doyon.

La policière cumule 20 ans d'expérience au sein de la SQ et deux ans et demi dans un service municipal. Elle était jusqu'à tout récemment directrice du poste de la SQ dans Rouville, fonction qu'elle a occupée plus de deux ans. Elle avait auparavant été directrice du poste de la SQ d'Acton.

«La structure est sensiblement la même qu'à Rouville, notamment du côté des effectifs. Ce n'est pas de l'inconnu au niveau de la gestion de l'unité. C'est juste de m'acclimater avec la nouvelle région qui est Estrie-Centre-du-Québec», dit la lieutenante qui habite la région. 

«De ce que je vois de l'unité, l'équipe a l'air tissé serré. L'ambiance est agréable. Les gens sont sympathiques. L'approche est facile et la communication est saine», souligne la directrice qui dit être ouverte aux nouvelles idées.

Elle a déjà rencontré un représentant de chacune des municipalités desservies par le poste de la Haute-Yamaska. «J'ai l'intention de continuer le contact privilégié qui avait été établi avec Jocelyn Desrochers et que j'avais établi ailleurs, dit-elle. Quand il y a un événement majeur, je sais que ce n'est pas plaisant d'apprendre ce qui se passe chez eux dans les journaux, donc j'ai le réflexe de les appeler pour les aviser sans brimer le côté opérationnel.»

Objectifs et priorités

La nouvelle directrice n'a pas l'intention de tout chambouler. Au contraire. Elle dit vouloir poursuivre sur la même voie qui fonctionne bien. Elle fait notamment référence au parrainage des municipalités par les policiers. «Les élus sont satisfaits de ce service-là, dit-elle. L'important pour eux est d'avoir quelqu'un qui sera à l'écoute de leurs besoins et je les ai rassurés que j'allais le faire.»

Les opérations en matière de sécurité routière seront toujours parmi les priorités locales. Des efforts supplémentaires seront d'ailleurs déployés dans la lutte aux stupéfiants.

«Ce que je mets en priorité, c'est le crime initié, c'est-à-dire au niveau du trafic de stupéfiants par exemple, dit-elle. Ça pourrait être optimisé ici. Il y a moyen de faire des choses pour faire une différence dans le milieu, en particulier au niveau des jeunes à la polyvalente. C'est quelque chose que j'ai à coeur et les élus vont avoir de l'appui là-dedans. L'important est d'être proactif.»

Les endroits publics, principalement ceux fréquentés par les jeunes, feront l'objet d'une surveillance des policiers, une des préoccupations des élus. L'objectif, indique la lieutenante Doyon, est de prévenir la consommation de drogue et d'alcool, ainsi que la perpétration de méfaits. «Au niveau de la criminalité, les méfaits sont en émergence alors il s'agit d'assurer une visibilité dans ces endroits-là», précise-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer