Richesse... et CPE au menu

La directrice générale du CPE Le grand chapiteau,... (photo Janick Marois)

Agrandir

La directrice générale du CPE Le grand chapiteau, Chantal Pontbriand (à gauche), en compagnie de la directrice adjointe pédagogique du CPE, Ève Raymond (à droite).

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Roy
La Voix de l'Est

(Bromont) Le chef de la Coalition avenir Québec a profité du caucus présessionnel à Bromont pour rencontrer des militants réunis au pub MacIntosh lundi soir. Dans une salle bondée - on estime à 150 le nombre de personnes présentes sur place -, François Legault a principalement parlé de richesse pour enflammer ses troupes.

«Va falloir que les Québécois sortent de ce vieux débat "souverainistes-fédéralistes" qui fait que depuis 40 ans, le Québec, année après année, prend du retard, s'est exclamé M. Legault. Et actuellement, le Québec n'est pas assez riche. Va falloir oser nommer le mot: le Québec n'est pas assez riche pour être capable à la fois de se payer les programmes qu'on a; à la fois, réduire la dette qu'on laisse à nos enfants; pis à la fois, enfin, réduire les impôts, les taxes des Québécois qui sont étouffés!»

En plus de présenter la CAQ comme étant le parti des solutions économiques et de la création de la richesse au Québec, M. Legault a abordé la question de la protection de l'éducation et des valeurs québécoises. Il a aussi parlé d'ambition en dressant un parallèle avec le décès de René Angélil. Selon le chef de la CAQ, ce «grand homme» devrait servir de modèle, parce que les Québécois ont «besoin d'être ambitieux» pour réaliser des rêves.

Brome-Missisquoi «prenable»

Se disant plus que satisfait de la participation à l'événement, M. Legault a confié en entrevue que la circonscription de Brome-Missisquoi était dans sa mire pour les prochaines élections, prévues en 2018.

«C'est un comté qui est "classe moyenne", des gens qui sont nationalistes sans être souverainistes et donc, c'est un comté prenable et on continue de le travailler», a-t-il opiné.

Présence discrète pour les CPE

Sur place, un petit groupe de représentants des CPE, reconnaissable aux pièces de casse-tête affichés sur les vêtements, tentait d'attirer l'attention alors que la grogne prend de l'ampleur face au gouvernement.

«Là, on commence à sentir une plus grande écoute des députés qui manifestent leur appui. Donc nous, on veut juste pas qu'ils nous oublient [...]», a précisé Chantal Pontbriand, directrice générale du CPE Le Grand Chapiteau.

Pour sa part, le chef de la CAQ s'est montré ouvert aux revendications des CPE.

«On ne peut pas couper dans les services dans les CPE, a affirmé M. Legault. Évidemment, la CAQ a toujours dit qu'il y avait beaucoup de bureaucratie au Québec, en particulier dans le réseau de la santé, mais jamais la CAQ n'a eu dans son programme de couper dans les services».

Dans une salle bondée, François Legault a principalement parlé de richesse pour enflammer ses troupes. - Photo Janick Marois

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer