Reprise des travaux parlementaires La CAQ en caucus à Bromont

La CAQ est en caucus présessionnel à Bromont,... (Photo Julie Catudal)

Agrandir

La CAQ est en caucus présessionnel à Bromont, lundi et mardi. Selon François Bonnardel, député de Granby et leader parlementaire du deuxième groupe d'opposition, l'économie sera au coeur des discussions.

Photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Bromont) Les députés de la Coalition avenir Québec et leur chef, François Legault, seront en caucus présessionnel lundi et mardi, à Bromont. L'économie sera au coeur des discussions lors de ces deux journées préparatoires à la reprise des travaux parlementaires prévue le 9 février prochain.

«Les indicateurs économiques ne sont pas très très réjouissants concernant le revenu disponible par habitant, affirme François Bonnardel, leader parlementaire du deuxième groupe d'opposition et député de Granby. On est malheureusement devenus les derniers au Canada. Dans ce contexte, au-delà du contrôle des dépenses, ça prend un plan de relance économique qui va redonner de l'élan à la société.»

Le PIB du Québec croît moins rapidement que celui des provinces et des États américains voisins. M. Bonnardel répète que les Québécois sont les plus taxés de l'Amérique du Nord et que le revenu moyen a diminué de 1500$ par année depuis deux ans avec les hausses de taxes et de frais facturés par Québec.

«Quand je suis arrivé en politique, on était 7e sur 10 provinces, en 2007. On est rendu 10e sur 10. Pour moi, c'est extrêmement gênant. Dans ces conditions, il faut être capable de relancer l'économie pour remettre plus d'argent dans les poches des contribuables.»

Un plan de match sera annoncé lundi par le chef de la CAQ, assure M. Bonnardel, d'autant plus que le Québec est une nation vieillissante.

Il y a 40 ans, dit-il, il y avait 9 travailleurs pour un retraité. En 2016, le ratio est plutôt de 3 pour 1 et, dans 15 ans, il sera de 2 pour 1. Cela a pour effet d'augmenter la pression fiscale des travailleurs qui veulent garder les acquis de leurs aînés. «Il faut donner un peu de confiance et d'espoir aux contribuables et aux entreprises», a fait valoir Bonnardel.

Remonter dans les intentions de vote

En plus d'économie, les élus de la CAQ parleront de nationalisme, une position que le parti a dévoilée dans les derniers mois. La formation politique compte sur cette position pour rallier les souverainistes déçus, mais aussi les partisans libéraux qui le sont tout autant.

Il a rappelé que la CAQ croit désormais en la pertinence d'«aller chercher plus de pouvoirs au sein du Canada sans devoir composer avec cette épée de Damoclès d'une possible séparation».

François Bonnardel a soutenu que les caquistes tiennent à mettre cette idée de l'avant, car ils ont bon espoir qu'elle leur permettra éventuellement d'effectuer des percées.

«Honnêtement, l'année 2015 a été difficile, avoue François Bonnardel. On analyse les sondages et dans le dernier, on était à20% des intentions de vote, ce qui est quand même excellent dans les circonstances. Il nous reste deux ans devant nous pour briser cette dualité politique que le Québec connaît depuis les 50 dernières années.»

«C'est certainement avec cette position qu'on va être capable d'aller chercher les coeurs des francophones, des anglophones et des allophones» au moment des prochaines élections provinciales, a-t-il ajouté.

Il sera également question des centres de la petite enfance (CPE), du registre des armes à feu et du projet de loi sur les vins, un dossier qui tient à coeur au député de Granby.

Bonnardel souhaite un remaniement ministériel

Outre son désir de voir la Coalition avenir Québec remonter dans les sondages, François Bonnardel entretient un autre espoir à plus court terme.

Il se croise les doigts pour qu'un remaniement ministériel soit effectué dans les plus brefs délais.  La semaine dernière, son adversaire péquiste, Bernard Drainville, a formulé le même souhait.

D'ailleurs, les leaders parlementaires du Parti québécois et de la Coalition avenir Québec s'accordent pour dire que les ministres Jacques Daoust, Francine Charbonneau et David Heurtel, qui s'occupent respectivement des dossiers de l'économie, de la famille et de l'environnement, ont fait leur temps.

M. Bonnardel a expliqué pourquoi il juge qu'un bon ménage s'impose au sein du Cabinet. «On a un gouvernement qui tourne au ralenti. Quand il y a des possibilités de remaniement, on sait très bien qu'il fonctionne faiblement même pas du tout», a-t-il mentionné.

Il a ajouté qu'il était grand temps de donner un «nouvel élan à ce gouvernement».

La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer