Directeur général de Roxton Pond : Frédérick Lee mis à la porte

Les propos de Frédérick Lee publiés sur Facebook... (photo archives la Voix de l'Est)

Agrandir

Les propos de Frédérick Lee publiés sur Facebook n'ont pas seulement fait réagir à Roxton Pond, mais ont eu des échos dans toute la province.

photo archives la Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Roxton Pond) Le congédiement de l'ex-directeur général Frédérick Lee a été officialisé hier lors d'une séance extraordinaire du conseil municipal de Roxton Pond.

Considérant les déclarations «qui sont offensantes et qui portent atteinte à l'image de la municipalité» ayant été publiées sur la page Facebook de M. Lee, le conseil a décidé à la majorité de le mettre à la porte. Son congédiement est effectif sur le champ.

«Ça n'a pas été un dossier facile, depuis les derniers jours. Ni pour lui ni pour nous, confie le maire de Roxton Pond, Raymond Loignon. Mais je crois que nous avons pris nos responsabilités.»

Pour éviter les recours possibles contre la municipalité par Frédérick Lee, un montant qui n'est pas encore rendu public lui sera alloué. Les détails du congédiement de l'ancien directeur général seront connus lors de la prochaine séance du conseil, le mardi 2 février à 19 h 30.

Les démarches pour trouver un remplaçant débuteront prochainement. Anick Lausière, secrétaire-trésorière adjointe pour la ville, occupera les fonctions temporairement, épaulée du maire Raymond Loignon. Frédérick Lee était en poste depuis novembre 2014.

Pétition

Une pétition avait commencé à circuler à Roxton Pond depuis jeudi soir, réclamant le départ de Frédérick Lee. Les deux citoyennes qui se sont exprimées en ce sens dans La Voix de l'Est, Martine Ruel et Jeannette Châtelin-Rainville, font partie des organisateurs de cette initiative.

«On avait récolté près de 70 signatures jusqu'à présent. On comptait aller la remettre lors de la séance du conseil du 2 février», affirme Mme Châtelin-Rainville, qui s'est dite très satisfaite de la décision du conseil municipal.

De son côté, Martine Ruel a avoué être contente que sa demande ait obtenu les résultats escomptés. Elle demande toutefois à la municipalité «d'être aux aguets» lors de l'embauche du successeur de Frédérick Lee.

Le tour du Québec

Les propos de Frédérick Lee tenus sur Facebook n'ont pas seulement fait réagir à Roxton Pond, mais ont eu des échos dans toute la province, selon Jeannette Châtelin-Rainville.

«J'ai eu des appels de maires de nombreuses municipalités partout au Québec pour me féliciter de ma démarche, lance la dame qui a siégé au conseil durant 11 ans. Ils m'ont tous dit que ça avait fait beaucoup jaser et qu'il fallait que le maire réagisse.»

Par ailleurs, Martine Ruel a été invitée lundi à commenter la situation à l'émission du 98,5 FM de Benoît Dutrizac, qui est la plus écoutée le midi à Montréal selon les derniers sondages Numéris. «Ça a contribué à faire connaître le cas de M. Lee», estime Mme Jeannette Châtelin-Rainville.

Rappelons que Frédérick Lee avait écrit des voeux du Nouvel An pour le moins vulgaires, où il a invité ses connaissances à se masturber d'une manière inusitée, dans «un nouveau lieu, une nouvelle position» ou avec «un nouveau gadget». En mai 2015, il avait lancé une invitation salace aux femmes à venir à sa rencontre. «[...] Toi la fille qui manque de batteries AA ce soir! [...] Pour toi la fille que la peaux des genoux redevient soyeuse à force de ne plus avoir de "carpet knees" [...] Il y a P-E un Fred pour toi non loin (sic)».

Dans d'autres extraits, par exemple, il qualifiait Françoise David de Québec solidaire de «chef du parti communiste». La Voix de l'Est avait obtenu copie d'une douzaine de publications douteuses qui avaient été retirées de sa page Facebook par la suite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer