Rénovation de l'hôtel de ville de Sutton: explosion des coûts de 38,7 %

Plusieurs problèmes aux structures de l'hôtel de ville... (photo Alain Dion archives la Voix de l'Est)

Agrandir

Plusieurs problèmes aux structures de l'hôtel de ville de Sutton ont été découverts lors des travaux de rénovation de la bâtisse construite il y a 159 ans.

photo Alain Dion archives la Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Sutton) La rénovation de l'hôtel de ville de Sutton coûtera beaucoup plus cher que prévu. Des surprises découvertes dans la bâtisse vieille de 159 ans font exploser les coûts de 38,7%. On parle maintenant d'une facture de 4 950 663$.

Maçonnerie défaillante cachée derrière un mur de briques, poutres portantes en partie brûlées lors d'un incendie puis camouflées, découverte d'un toit sous le toit, moisissures, excréments de chauves-souris, plusieurs anomalies dans la structure du bâtiment ont été mises à jour lors des travaux des derniers mois.

Le résultat de ces «découvertes» est que les travaux ainsi que les services professionnels, d'abord estimés à 3 569 055$, s'élèveront finalement à 4 950 663$.

«On voit que l'hôtel de ville n'a pas été entretenu comme il aurait dû et que les rénovations dans le temps, eh bien, elles n'ont pas vraiment été bien faites. Ça été du rapiéçage. On est allé de surprise en surprise. Les problèmes sont partout. On n'avait aucun moyen de prévoir ça», indique le maire Louis Dandenault.

Le travail de préparation des plans et devis a été bien fait par les ingénieurs au projet, assure M. Dandenault. La présence d'amiante dans certaines parties de la bâtisse a cependant restreint les ingénieurs dans leur travail exploratoire, a-t-il précisé.

«Beaucoup d'employés travaillent à l'hôtel de ville. Les ingénieurs n'ont pas pu percer des trous partout où ils voulaient pour voir ce qui se trouve derrière. On aurait eu de la poussière partout, ce qui aurait été dangereux pour nos employés surtout avec la présence d'amiante.»

Ces circonstances font que l'inspection de la bâtisse a été limitée, a-t-il dit. «Honnêtement, je ne vois pas ce que les professionnels auraient pu faire de plus», a dit le maire.

Le conseil municipal s'était préparé à faire face à de possibles dépassements des coûts, a ditM. Dandenault. Dans leurs prévisions, les élus avaient calculé un pourcentage de 8% pour y faire face. L'ampleur des problèmes dépasse cependant le coussin, a-t-il indiqué.

En raison de ces coûts imprévus, les plans ont été révisés et certains travaux ne seront pas exécutés, notamment l'installation de gicleurs. Cela permet d'économiser un montant de 150 000$.

Subvention majorée?

La municipalité a avisé avant les Fêtes le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire de la situation. Québec s'est engagé au printemps dernier à verser une subvention de 2,5 millions de dollars pour couvrir sa part, soit 65% des coûts.

Le conseil demande maintenant au MAMOT de majorer proportionnellement sa subvention pour tenir compte des dépassements de coûts. «On nous a dit qu'il restait de l'argent dans ce programme. On verra ce que dit le ministre», a dit M. Dandenault.

L'emprunt de la Ville pour financer sa part des travaux aura un impact sur le compte de taxes des citoyens. Pour une maison évaluée à 300 000$, a expliqué M. Dandenault, un montant de 27$ sera ajouté tous les ans pour 20 ans. Dans l'éventualité où Québec n'augmente pas sa contribution, un montant de 42$ apparaîtra sur les comptes de taxes des résidants. Le montant peut varier selon les taux d'intérêt en vigueur, a fait remarquer le maire. «La seule bonne nouvelle, c'est que les taux sont très bas en ce moment», a-t-il dit.

Les travaux à l'hôtel de ville se poursuivent tout de même selon l'échéancier, a souligné M. Dandenault. La nouvelle partie de l'hôtel de ville sera prête dans quelques semaines. La fonction publique y déménagera le 24 février, a-t-il dit.

Les rénovations de la vieille partie de la bâtisse seront quant à elles terminées vers la fin du mois de juin ou au début du mois de juillet.

Le registre concernant l'emprunt pour pallier les dépassements de coûts se tient aujourd'hui, de 9h à 19h, aux bureaux qui servent d'hôtel de ville temporaire (1, rue Principale).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer