Développement des Jardins Quevillon: nouvel essai pour dénouer l'impasse

Le président du conseil du quartier deux, Richard... (Photos archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le président du conseil du quartier deux, Richard Dubé, affirme que le regroupement de citoyens est préoccupé par l'avenir d'une importante prucheraie du secteur.

Photos archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Nouvelle tentative du conseil municipal de Granby pour permettre la poursuite du développement des Jardins Quévillon. Un projet de règlement a été adopté pour encadrer le maintien du couvert forestier du secteur par le biais d'un Plan d'implantation et d'intégration architecturale (PIIA). Le sujet fera l'objet d'une assemblée publique de consultation ce mercredi à 18 h 30, à la salle du conseil.

Le dossier n'est pas nouveau. Il a déjà fait couler beaucoup d'encre au cours des dernières années, notamment parce que la poursuite du développement résidentiel du promoteur Michel Duchesneau est au coeur de procédures juridiques que celui-ci a entreprises contre la Ville.

L'été dernier, la Ville et M. Duchesneau s'étaient entendus pour dénouer l'impasse. L'entente de principe survenue prévoyait que Michel Duchesneau stoppe ses procédures. La Ville, elle, acceptait de modifier son règlement de zonage pour lui permettre de réaliser son développement, tout en dynamitant une partie d'un cap de roc litigieux. Les boisés étaient protégés par le truchement du zonage, avait expliqué le directeur général de la Ville, Michel Pinault.

Mais les citoyens du secteur ont été nombreux à signer le registre ouvert à l'hôtel de ville dans la foulée de la modification au plan de zonage. Et, devant cette mobilisation, les élus ont décidé de ne pas décréter de référendum.

Dans les circonstances, le conseil municipal estime maintenant qu'un PIIA permettra de répondre à l'objectif, soit «de développer le secteur tout en conservant le couvert forestier», a expliqué la directrice des services juridiques, Catherine Bouchard.

Traitées une à la fois, les demandes pourraient se traduire, selon la topographie des terrains, par des marges de protection allant jusqu'à 20 mètres, ajoute-t-elle.

Suivi par le conseil de quartier

Le dossier en est un d'intérêt pour le conseil de quartier deux, alors que les Jardins Quévillon se déploient dans ce district. «Nous sommes préoccupés par l'environnement. On ne veut pas qu'il y ait une coupe à blanc, comme il y en a eu dans d'autres secteurs des Jardins Quévillon», fait valoir le président du regroupement de citoyens, Richard Dubé.

Ce dernier affirme que des représentants du conseil de quartier seront assurément présents à l'assemblée publique de consultation qui se déroulera sur le sujet ce mercredi.

L'avenir d'une importante prucheraie du secteur leur tient particulièrement à coeur. «On aimerait sauver le plus de pruches possibles ou bien qu'on en replante, s'il faut en couper. Il n'y a pas juste un cap de roches, il y a aussi des arbres matures», dit Richard Dubé.

Si le règlement devait être adopté, Michel Duchesneau aurait manifesté à la Ville son intention de retirer sa poursuite, selon la directrice des services juridiques. Mais il a été impossible de valider cette information. M. Duchesneau n'a pas rappelé La Voix de l'Est.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer