Un Granbyen accusé du meurtre de la femme qui l'hébergeait

Un premier homicide a été commis à Granby,... (photo Alain Dion)

Agrandir

Un premier homicide a été commis à Granby, alors qu'un homme psychologiquement perturbé s'en serait pris à sa colocataire, dans la nuit de dimanche à lundi.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Un homme psychologiquement perturbé s'en serait pris à sa colocataire, dans la nuit de dimanche à lundi, à Granby. Alex Lacasse-Deaudelin a été formellement accusé, lundi en fin d'après-midi, du meurtre au deuxième degré de Caroline Choinière, 45 ans, qui l'hébergeait depuis quelques années. Il s'agit du premier meurtre à survenir à Granby en 2016.

Les policiers de Granby ont été appelés dans un appartement du troisième étage du 345, avenue du Parc, vers 2h lundi, et y ont découvert le corps inanimé de la victime. L'affaire a aussitôt été transférée au service des enquêtes sur les crimes contre la personne en raison de la gravité de l'événement, a indiqué la porte-parole de la Sûreté du Québec, Aurélie Guindon.

Le service de l'identité judiciaire a débarqué sur place, de même que le poste de commandement. D'abord considéré comme une mort suspecte, le scénario a changé dans le courant de la matinée. Le colocataire de Mme Choinière, Alex Lacasse-Deaudelin a été interrogé en tant que témoin important. Le jeune homme de26 ans a par le suite été mis en arrestation pour faire face à des accusations de meurtre non prémédité.

Il reviendra en cour le 21 janvier. La défense a demandé à la juge Marie-Christine Lupien d'accorder un délai pour que l'accusé soit évalué sur son aptitude à subir son procès.

En psychose

Depuis deux mois, Lacasse-Deaudelin se serait montré impertinent envers des voisins, dansant devant les fenêtres, mais aussi en envoyant promener certains. C'est le cas de Steve Gauthier, qui avait habitude de venir chez lui, et qui s'est vu refuser d'entrer.

«J'ai entendu dire cette semaine qu'elle voulait le mettre dehors, commente M. Gauthier. Ça fait deux mois qu'il est en psychose. C'est un bon gars, mais il avait besoin d'être médicamenté.» Selon ce dernier, l'accusé est souvent venu chez lui pour jouer de la musique ou écrire.

La victime a été décrite comme une femme gentille et au grand coeur. «Elle a peut-être eu un trop grand coeur, a lancé M. Gauthier. Elle m'avait donné un cadeau, justement, à Noël, Caroline», ajoute-t-il, mentionnant qu'elle donnait des cadeaux aux voisins qu'elle appréciait. Il avait également été invité à souper chez elle durant le temps des Fêtes. Il connaissait donc bien le colocataire de Caroline Choinière.

«Personne n'a rien fait»

Selon nos informations, Alex Lacasse-Deaudelin était traité par médicamentation pour des troubles maniacodépressifs et n'était pas sur le marché du travail. Au cocktail de médicaments s'ajouterait drogues dures et alcool. La victime hébergeait son présumé agresseur depuis des années.

M. Gauthier est resté éveillé une partie de la nuit. Il affirme avoir vu une voiture de patrouille et la voiture d'un superviseur du service de police de Granby en soirée, vers 20h, dimanche. Elles sont reparties quelque temps plus tard. Puis, une ambulance a visité les lieux entre 3 et 4h avant de partir.

Malgré les avertissements précédents, le pire est survenu, disent M. Gauthier et un autre voisin, qui ne désire pas être identifié. «Je suis enragé parce que personne n'a rien fait», conclut ce dernier. Les appels à l'aide de voisins n'auraient pas été pris au sérieux, critique-t-il, faisant référence à plusieurs visites de policiers.

Selon le réseau TVA, Lacasse-Deaudelin aurait été hospitalisé pour une psychose, dernièrement, et a reçu son congé 24 heures plus tard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer