Parlement jeunesse Québec: débattre dans le respect

Dardan Isufi a participé au Parlement jeunesse Québec... (Fournie par le Parlement jeunesse Québec)

Agrandir

Dardan Isufi a participé au Parlement jeunesse Québec du 26 au 30 décembre, à Québec.

Fournie par le Parlement jeunesse Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Le Granbyen Dardan Isufi, étudiant en sciences humaines au Collège Dawson, a mis à profit les notions apprises en classe en participant à la 66e législature du Parlement jeunesse Québec (PJQ), du 26 au 30 décembre. Il est ainsi passé de la théorie à la - très formatrice - pratique.

Il s'agissait de sa première participation à l'activité qui se tient à l'Assemblée nationale à Québec.

Depuis le lendemain de Noël, des dizaines de jeunes, divisés en deux partis, le pouvoir et l'opposition, ont débattu de quatre projets de loi. Le premier concernait une réforme de l'éducation et proposait de centrer le système sur l'élève pour favoriser sa réussite, peu importe son milieu de vie. Ce projet de loi fictif proposait aussi de modifier les exigences pour les futurs enseignants.

Le deuxième traitait de l'établissement d'une économie durable en suggérant un modèle tenant compte des limites de la planète Terre.

La gestion des ressources en eau potable était au coeur du troisième projet de loi, qui voulait faire du Québec «une société aux pratiques localement et internationalement responsables en matière d'eau potable», peut-on lire dans un document remis aux participants et disponible en ligne. Il y est question du concept d'utilisateur-payeur et de sanctions pour l'utilisation abusive de la ressource.

Finalement, les participants ont débattu de l'instauration de processus démocratiques participatifs. Ce projet de loi offrait notamment la possibilité aux citoyens de contester l'adoption d'une loi.

En plus de s'initier aux rouages de la vie parlementaire, les jeunes pouvaient jouer d'autres rôles entourant les travaux en Chambre - expérimenter le travail des journalistes, par exemple.

 «C'est vraiment le fun. Ce qui est chouette du PJQ, c'est que c'est non partisan, contrairement au Forum étudiant, commente Dardan Isufi. Même si on est deux partis, celui du gouvernement, celui de l'opposition, on peut prendre des décisions basées sur nos valeurs et nos pensées les plus profondes, ce qui donne lieu à des débats vraiment intéressants et des échanges d'idées très développés. Et c'est quelque chose qui serait très utile dans la politique active, que chaque débuté puisse avoir le libre choix de ses paroles et de ses pensées.»

L'envers de la médaille

L'étudiant s'est d'ailleurs inscrit avec la délégation du Collège Dawson pour participer au Forum étudiant, qui se tiendra en janvier.

 Il aura donc l'occasion d'explorer l'envers de la médaille. Si l'expérience des derniers jours était non partisane, c'est-à-dire que les députés n'ont pas de ligne de parti à suivre et que les prises de parole se font dans le respect, le Forum étudiant lui permettra de comprendre le processus démocratique avec partisanerie et de voir comment fonctionnent les coulisses, comme le caucus de parti.

«C'est vraiment pour apprendre les rouages du processus législatif, pour comprendre comment fonctionne cette haute instance politique, explique le jeune homme de 19 ans. C'est aussi pour pouvoir me développer un esprit critique quant à la démocratie. Je m'intéresse beaucoup à la politique et je suis beaucoup l'actualité. Mais là, de le vivre, de voir comment saluer la présidente, les fondements de l'Assemblée nationale, c'est très formateur, très instructif.»

S'il en a la chance, il affirme vouloir participer de nouveau l'an prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer