Acton Vale : eau et déchets font grimper la facture

«C'est un budget de transition, dit le maire... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«C'est un budget de transition, dit le maire Éric Charbonneau. À part l'usine de filtration, c'est plus tranquille pour tout le monde.»

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Acton Vale) La rénovation de l'usine de filtration d'eau et la hausse du coût de la collecte des déchets font augmenter le compte de taxes municipales des Valois.

La hausse est de 2,16% pour les citoyens urbains et de 1,77% pour les résidants de ce qui était jadis la paroisse Saint-André (voir tableau).

Pour défrayer la mise aux normes de l'usine de filtration, un projet entamé il y a plusieurs mois, la Ville augmente donc la taxe correspondante de 8,81$. Pas moins de 4 400 000$ seront investis dans cette infrastructure en 2016. La taxe d'eau subit aussi une hausse de 5$.

Les taxes pour les résidus domestiques et recyclables sont aussi majorées, respectivement de 22$ et 12$, conséquence d'une baisse des ristournes gouvernementales allouées pour ce service, indique le maire Éric Charbonneau.

Compensation

Pour compenser en partie ces hausses, la municipalité a abaissé son taux de taxe foncière de 0,005$ par 100$ d'évaluation, pour le fixer à 0,750$.

«C'est un budget de transition, dit M. Charbonneau. On a fait beaucoup d'ouvrage en régie interne, on a fini de rénover les infrastructures au niveau sportif. Là, il reste l'usine de filtration et on finit les petits ajustements qu'on n'a pu faire en cours d'année 2015. À part l'usine de filtration, donc, c'est plus tranquille pour tout le monde.»

Avec des revenus prévus de 9 376 564$, des dépenses de 8 418 369$ et un remboursement au service de la dette de 958 195$, Acton Vale reste une ville en bonne santé financière, soutient le maire.

La dette s'élève à un peu plus de 8 000 000$. «Il y a des municipalités bien pires que nous, et quelques-unes de mieux, mais pas tellement! , dit Éric Charbonneau. On est "en bas" d'une couple de millions des villes de même grosseur.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer