Deuxième baisse d'affilée du taux de taxation de Sainte-Cécile-de-Milton

Le conseil municipal de Sainte-Cécile-de-Milton a adopté lundi... (photo Janick Marois)

Agrandir

Le conseil municipal de Sainte-Cécile-de-Milton a adopté lundi soir son budget pour l'année 2016.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Sainte-Cécile-de-Milton) Pour une deuxième année consécutive, le taux de taxation est en baisse, à Sainte-Cécile-de-Milton. «On considère que, pour nos citoyens, c'est un fichu de beau cadeau de Noël», a lancé en entrevue le maire, Paul Sarrazin.

Les moins chanceux: les propriétaires de terrains vacants, qui verront leur compte de taxes grimper considérablement.

Taux en baisse

Globalement, le taux de la taxe foncière, incluant les services d'urgence payés par la municipalité et deux taxes spéciales sur l'acquisition d'immeubles et le fonds de roulement, passera en 2016 de 83 cents à 78 cents par 100 $ d'évaluation. Le coût pour la collecte des ordures et le recyclage sera de 168 $ par logement. Dans le cas d'un chalet où il n'y a pas de ramassage du recyclage, cette taxe est de 137 $. Chaque adresse a aussi une quote-part de 45 $ pour l'écocentre de la MRC Haute-Yamaska à payer.

Ces deux années de baisse du taux ont eu lieu en prévision du nouveau rôle d'évaluation déposé cette année. Si l'augmentation moyenne de la valeur foncière d'une propriété est de 7,5 % à Sainte-Cécile, le cumul des baisses de 2015 et 2016 du taux de taxation atteint 8,5 %.

«Ça fait en sorte que l'impact pour une maison de 200 000 $ (NDLR: la valeur foncière moyenne) est pratiquement nul», ajoute M. Sarrazin.

«On avait un des plus hauts taux de taxation totale des villes de notre taille. On a réussi à gérer notre municipalité de façon différente. La preuve, cette année, c'est qu'on a le dépôt d'un nouveau rôle et depuis aussi longtemps que je reste à Milton - ça fait 30 ans -, le taux n'a jamais baissé avec un nouveau rôle. En baissant de cinq sous, on a quand même réussi, avec une bonne gestion, à augmenter notre revenu», fait-il valoir.

Les propriétaires de terrains vacants écopent

Le taux de taxation est unique à Sainte-Cécile, c'est-à-dire que les propriétaires de maisons, d'industries, de terres agricoles et de commerces ont le même. La municipalité percevra ainsi 2 098 720 $ de revenus. En ajoutant les subventions et autres sources de revenus, la Ville administrera un budget total de 2 687 145 $.

Par rapport à 2015, ce sont là 80 000 $ de revenus supplémentaires, dont 20 000 $ proviennent d'une taxe pour les propriétaires de la quarantaine de terrains vagues non desservis, qui peuvent être construits dans le périmètre urbain et qui n'ont pas de bâtiment principal.

«Pour quelqu'un qui a un terrain vacant, la taxe de ce terrain va avoir doublé cette année, annonce le maire. On a une problématique présentement à Sainte-Cécile. Des gens veulent acheter des terrains pour s'installer, mais on n'en a plus de disponibles. On a tout près d'une quarantaine de terrains vacants qui ne sont pas accessibles à la propriété parce que les gens ne veulent pas les vendre. On n'est pas capables d'offrir des terrains pour accueillir de nouveaux résidants et on n'a pas la perception des taxes que rapporteraient des résidences sur ces terrains-là.»

Les terrains sont recherchés, selon le maire, puisque plusieurs familles souhaiteraient venir s'installer dans la municipalité. Cette dernière se bute à une problématique pour agrandir son périmètre urbain: la CPTAQ, à qui on demande de dézoner des terres agricoles, fait l'inventaire des terrains vacants et constate qu'il y en a beaucoup, si bien que les requêtes sont refusées. 

Travaux dans le développement Ménard

Au chapitre des projets, le plan triennal d'immobilisations (PTI) prévoit en 2016 d'importants travaux dans le développement Ménard, composé des rues Rose Marie et Ménard, qui prendront une grande part de l'enveloppe de 450 000 $ réservée pour des infrastructures. «Ça fait au-delà de 50 ans qu'il n'y a pas eu d'investissement. On donne un gros coup pour ça.»

Paul Sarrazin souhaite également que l'ancien hôtel de ville fasse l'objet d'une revitalisation pour rappeler l'histoire de Sainte-Cécile-de-Milton. Un budget est prévu pour ce faire, de même que pour l'installation d'un panneau électronique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer