Saint-Paul-d'Abbotsford: un budget dans la continuité

Le maire de St-Paul-d'Abbotsford, Jacques Viens.... (Photo archives La Voix de L'Est)

Agrandir

Le maire de St-Paul-d'Abbotsford, Jacques Viens.

Photo archives La Voix de L'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Saint-Paul-D'Abbotsford) Les résidants de St-Paul-d'Abbotsford n'auront pas de mauvaise surprise lorsqu'ils recevront leur prochain compte de taxes municipales.

La municipalité conservera en effet son taux de taxation à 0,72 $ par 100 $ d'évaluation pour l'année 2016. Ce taux unique s'applique à toutes les catégories de propriété (résidentiel, commercial, industriel et agricole).

«Il y a 0 % d'augmentation à part pour ceux qui ne sont pas desservis par le réseau d'aqueduc et d'égout. Ceux-ci vont avoir des frais de vidange de fosses septiques que la MRC de Rouville impose aux deux ans, mais il ne s'agit pas vraiment d'une taxe», note le maire de St-Paul-d'Abbotsford, Jacques Viens.

Si la valeur foncière de Saint-Paul avait fait un bond de 75 millions de dollars l'an dernier, la municipalité n'a pas eu à déposer un nouveau rôle d'évaluation cette année. «Il y aura seulement des ajustements pour ceux qui ont fait des travaux (sur leurs propriétés)», souligne M. Viens.

Malgré le statu quo, la Ville prévoit dégager un surplus avoisinant les 105 000 $ à la fin de l'année en cours. «On a bien géré nos dépenses publiques. On a eu plusieurs projets, mais on est quand même allé chercher un peu plus de sous pour remplir nos coffres.»

Ce surplus permettra à la municipalité de gonfler son fonds de réserve qui devrait s'élever à environ 340 000 $. «Ça va replacer la réserve à environ 10 % du budget, ce qui est raisonnable. Les réserves pour moi, ça sert pour les projets spéciaux ou les imprévus», indique le maire Viens.

Une bonne nouvelle qu'il attribue en premier lieu à une gestion efficace des ressources humaines. «On est fier au conseil d'avoir fait baisser la masse salariale de presque 220 000 $ en deux ans», mentionne le premier magistrat de la ville.

Des recettes deprès de 3,5 millions$

Saint-Paul disposera d'un budget de 3 455 187,89 $ en 2016, ce qui représente une hausse de 5,02 %. Pas moins de 92 % de ses revenus proviendront de sources locales telles que les taxes foncières et les compensations reçues pour les services municipaux.

Pour ce qui est des dépenses, l'administration générale représente la plus grande part du gâteau, soit près du quart du budget. L'hygiène du milieu (16,9 %), la sécurité publique (16,1 %), le transport (15,1 %) et les loisirs et culture (11,1 %) constituent les autres catégories de dépenses les plus importantes.

Un peu plus de 143 000 $ seront d'ailleurs injectés dans le remboursement et le paiement des intérêts de la dette de la municipalité en 2016.

Projets

Si la Ville n'a pas d'immenses projets dans ses cartons pour l'année qui s'en vient, certains seront néanmoins mis en oeuvre dans le cadre de son plan stratégique 2016-2026 adopté mardi dernier en même temps que le budget.

«Nous avons identifié des choses qui ne coûteraient pas trop cher pour commencer, précise M. Viens. On compte notamment installer une cabane autour du lac de la Villa Fortier, qui est notre deuxième parc, afin que les gens puissent mettre leurs patins pour aller patiner sur le lac.»

La Ville compte également profiter de l'ouverture démontrée par le gouvernement fédéral qui souhaite investir davantage dans les infrastructures pour refaire l'asphaltage de plusieurs rues.

Pour ce faire, le conseil municipal se fiera à une étude sur l'état des chaussées de la ville qui devrait être dévoilée en janvier. Celui-ci permettra de déterminer le nombre de kilomètres à refaire et d'identifier les rues où les travaux sont les plus urgents.

«On aimerait peut-être remettre les infrastructures à niveau par la même occasion. On veut faire ça intelligemment, vérifier si les ponceaux sont corrects, et même chose pour ce qu'il y a en dessous. On va demander des subventions et tenter d'en faire le plus possible», explique M. Viens.

«Si on se rend compte qu'un projet a trop d'ampleur pour 2016, on va le reporter à 2017, mais pas plus tard que ça», ajoute-t-il.

Un autre projet significatif n'aura quant à lui pas une grande incidence sur le budget 2016, selon M. Viens. Il s'agit du nouveau développement immobilier que la municipalité souhaite mettre en place derrière l'hôtel de ville.

La Ville possède déjà l'une des deux zones blanches visant à accueillir ce futur projet. Elle doit maintenant s'entendre avec le propriétaire de la deuxième zone avant de pouvoir lancer un appel d'offres auprès des promoteurs.

Le nombre exact d'unités n'a pas encore été établi, mais il devrait se situer entre 35 et 40, précise M. Viens. «Il n'y aura probablement aucune maison de construite en 2016, mais ce serait vraiment intéressant que les contrats soient signés et d'avoir une première pelletée de terre pour l'année à venir», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer